L

Les chevaux américains pourraient reprendre le chemin de l’abattoir

Les abattoirs de chevaux américains vont-ils rouvrir leurs portes? Cela pourrait être possible après l’échec de la reconduction d’un moratoire en vigueur depuis près d’une décennie au sein d’un comité de la Chambre des Représentants.

«Nous savons que l’abattage des chevaux n’est pas humain»

Il y a quatre ans, la même problématique s’était présentée au moment de renouveler cette interdiction. La raison est économique car, à l’heure actuelle, les chevaux américains destinés à être abattus – sauvages pour la plupart – sont envoyés au Mexique et au Canada, à raison de 100.000 par an. Mais elle serait également «humaine», selon les partisans d’une levée du moratoire, estimant que cela permettrait de s’assurer du bon traitement des animaux.

«Nous savons que l’abattage des chevaux n’est pas humain et ne peut pas être fait humainement en raison de la biologie unique des chevaux», a répliqué une députée opposée à la réouverture des abattoirs, citée par USA Today. Selon elle, 80% des Américains sont contre l’abattage des chevaux, sans oublier les raisons sanitaires et écologiques que pourrait représenter le retour de leur viande sur les étals américains.

Donald Trump contre l’abattage des chevaux

Concrètement, le moratoire empêchait le financement de l’inspection des abattoirs de chevaux par le département de l’Agriculture américain. Sans contrôle, ils ne pouvaient donc fonctionner. A noter que Donald Trump envisageait dans son budget 2018 des mesures prévenant la capture de chevaux sauvages et leur vente à des abattoirs.

Corentin Chauvel
Corentin Chauvel

Co-fondateur de Bom Dia Brésil, magazine spécialisé sur le plus grand État d’Amérique latine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.