Un club de strip-tease vegan de Portland en guerre contre son rival voisin

L’un est spécialisé dans la viande, l’autre sert un menu végétalien avec des spectacles garantis sans cuir ni fourrure.

Google Street View

Portland (Oregon) accueille depuis neuf ans le seul club de strip-tease vegan au monde: Casa Diablo. Le menu y est végétalien et le cuir comme la fourrure sont bannis de l’établissement.

En 2015, son fondateur, Johnny Zukle, a ouvert un Casa Diablo 2 toujours vegan, à deux pas de l’Acropolis, un autre club, mais servant lui de la viande. C’est alors que la guerre a commencé nous apprend Slate.

Mauvaise fréquentation et fuite de strip-teaseuses

Bob Polizos, le fondateur de l’Acropolis, qui ouvert son club il y a 35 ans, voyait d’abord d’un mauvais œil un concurrent s’installer juste à côté de lui. D’autant plus que, selon lui, sa philosophie est quelque peu différente: son établissement est avant tout un restaurant de viande proposant des spectacles de femmes dénudées.

Le gérant d’origine grecque a aussi mal vécu les dommages collatéraux subis après des manifestations contre l’ouverture de la Casa Diablo 2. Cette dernière se serait également mise à attirer une mauvaise fréquentation, sans compter ses propres strip-teaseuses, séduites par une meilleure paye chez le nouveau voisin.

C’en était trop pour Bob Polizos qui a alors fait construire une palissade en bois entre les deux établissements et embauché des vigiles supplémentaires pour surveiller son parking.

La nourriture à la source du conflit

Pour Andreas Polizos, le fils de Bob Polizos, la nourriture proposée par les deux clubs a un rapport avec la guerre qui les oppose. «Culturellement, ce sont vraiment deux univers différents. Ils sont vegans et nous sommes un restaurant de viande. Cela a quelque chose à voir avec le conflit», indique-t-il à Broadly.

En attendant, les batailles se succèdent, mais Johnny Zukle voit plus loin. Cet homme, qui a dit avoir eu une révélation en voyant les souffrances endurés par les animaux est désormais spécialisé dans l’immobilier. Il rêve de faire construire un complexe résidentiel vegan, puis, à terme, une ville entière!

Andreas Polizos, le patron du club non vegan, campe lui dans sa tranchée: «Si je prends le contrôle, je moderniserai un peu les choses. Nous verrons si la Casa Diablo sera encore ouverte dans 20 ans. Peut-être que nous nous parlerons à ce moment-là».