Nicolas Hulot veut rouvrir le débat sur la corrida en France

La mort d’un torero espagnol dans les Landes a fait réagir le ministre de la Transition écologique.

Le torero était espagnol, mais la corrida qui l’a vu décéder s’est déroulée la semaine dernière en France, à Aire-sur-Adour (Landes). Cet événement tragique, le premier depuis 1921, a fait réagir Nicolas Hulot, qui s’est dit vendredi matin sur BFM TV favorable à la réouverture d’un débat sur cette pratique dans l’Hexagone.

«Je ne suis pas pour la corrida»

«Sujet de société», «débat culturel», «régional» et «identitaire», la corrida devrait être interdite en France, selon le ministre de la Transition écologique. «Chacun connaît ma position (…) je ne vais pas tamiser mon point de vue parce que je suis ministre. Je ne suis pas pour la corrida», a-t-il déclaré.

Retirée définitivement l’an dernier du Patrimoine immatériel de la France, la corrida est encore légale dans onze départements du sud de la France, mais les projets de loi successifs pour l’interdire ont toujours échoué jusqu’ici.