P

Plus de 15 000 scientifiques tirent de nouveau le signal d’alarme 25 ans après le Sommet de la Terre

Il faut agir. Plus de 15 000 scientifiques issus de 184 pays ont lancé lundi un appel dans la revue Bio Science alors que huit indicateurs de l’état de la planète sur neuf sont dans le rouge.

Les mêmes données 25 ans plus tard

Il y a 25 ans, lors du Sommet de la Terre, à Rio, un premier manifeste avait été lancé par des milliers de scientifiques. Ils craignaient que l’humanité ne pousse l’écosystème terrestre au-delà de ses capacités et appelaient à des changements urgents pour éviter les conséquences désastreuses qui pourraient suivre: stabilisation de la population, réduction des gaz à effet de serre, de la déforestation…

Ce nouveau manifeste se base sur les analyses des données entre 1992 et 2016, les signataires ayant constaté que l’humanité avait échoué dans tous les domaines sauf un à améliorer les tendances. Le seul indicateur dans le vert est celui de la protection de la couche d’ozone, qui va bien mieux qu’il y a 25 ans.

Moins d’enfants, moins de consommation de viande

Tous les autres sont donc dans le rouge. Il y a deux fois moins d’eau douce disponible qu’en 1960, la surpêche a dépassé les limites, les zones mortes maritimes (sans vie sous-marine) sont de plus en plus nombreuses (600 en 2010), la déforestation poursuit ses ravages (une surface équivalente à l’Afrique du Sud a été perdue en 25 ans), le nombre d’espèces vertébrées encore vivantes est en chute (-58% depuis 1970), les émissions de gaz à effet de serre augmentent constamment, tout comme les températures et la population (nous pourrions être 11 milliards en 2100).

Les auteurs du manifeste estiment ainsi que l’humanité n’a pas pris les mesures nécessaires pour sauvegarder sa biosphère. Ils appellent tout un chacun à faire le maximum pour mettre les gouvernements face à leurs responsabilités, mais aussi à changer son comportement individuel (faire moins d’enfants, réduire sa consommation d’énergies fossiles, de viande, etc.). Si les décisions prises concernant la couche d’ozone ont fonctionné, alors ils considèrent que des résultats peuvent être obtenus aussi pour les autres indicateurs.

CategoriesNon classé
Corentin Chauvel
Corentin Chauvel

Co-fondateur de Bom Dia Brésil, magazine spécialisé sur le plus grand État d’Amérique latine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.