U

Une vente aux enchères de cornes de rhinocéros fait polémique en Afrique du Sud

Une vente aux enchères controversée de cornes de rhinocéros devait débuter ce mercredi pour 48 heures en Afrique du Sud.

Un vendeur businessman ou pro-animaux?

Uniquement disponibles en ligne, les 264 cornes sont vendues par le plus important commerçant en la matière, John Hume, qui a eu au dernier moment l’aval de la justice alors que le ministère sud-africain de l’Environnement avait émis des réserves.

Selon le vendeur, qui profite de la fin récente du moratoire sur le commerce national des cornes de rhinocéros, cette initiative légale va permettre de réduire le braconnage.

«Je suis persuadé que c’est la meilleure solution pour empêcher leur extinction et sauver les rhinocéros, en les élevant. L’une des façons de mieux les protéger, c’est de rendre la corne disponible sur le marché pour certains et non pas de l’interdire complètement», a déclaré John Hume, cité par BBC Afrique, qui précise que le braconnage est apparu en 2009 en Afrique du Sud avec le moratoire et a déjà tué 500 rhinocéros dans le pays depuis le début de l’année.

Les associations protestent

Mais les conditions d’achat sont tellement contraignantes (caution onéreuse, permis d’achat du gouvernement, nationalité sud-africaine obligatoire…) que les défenseurs de l’environnement sont persuadés que ces cornes finiront tôt ou tard sur le marché noir.

«Selon la convention Cites, le commerce international de la corne de rhinocéros à des fins lucratives est interdit. Cela signifie que cette vente aux enchères ne peut se faire qu’à l’intérieur des frontières de l’Afrique du Sud. Mais nous savons bien que la demande de commerce en cornes de rhinocéros ici est très limitée. Et lorsque vous regardez le site Internet, il y a des versions en chinois et en vietnamien, comme s’il avait été construit pour attirer des clients pour l’exportation», a indiqué Kelly Marnewick, de l’Endangered Wildlife Trust.

CategoriesNon classé
Corentin Chauvel
Corentin Chauvel

Co-fondateur de Bom Dia Brésil, magazine spécialisé sur le plus grand État d’Amérique latine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.