Condamné par un tribunal citoyen, Monsanto réagit

Le problème Monsanto est si important que la multinationale s’est vu dédier un tribunal à elle toute seule. Basé à La Haye (Pays-Bas) et composé de cinq juges professionnels, il a condamné la semaine dernière le fabricant d’OGM pour violation des droits de l’Homme et écocide, soit coupable d’un acte de destruction de l’environnement, selon 20 Minutes.

Une condamnation informelle

Cette condamnation reste cependant informelle, puisqu’il s’agissait d’un tribunal citoyen sans pouvoir de coercition. Mais ce dernier a travaillé comme un véritable organe judiciaire, faisant appel à des scientifiques et des agriculteurs pour témoigner.

Si Monsanto s’en sort indemne pour cette fois, il pourrait, un jour ou l’autre, être inquiété. «Le tribunal relève que si le crime d’écocide devait être érigé, à l’avenir, au rang de droit international, les faits rapportés pourraient relever de la compétence de la Cour pénale internationale», a déclaré la cour citoyenne, citée par 20 Minutes.

Monsanto rejette le verdict

La réponse du géant américain ne s’est pas fait attendre. Pour lui, ce tribunal est «mis en scène par un groupe sélectionné de critiques anti-technologie agricole et anti-Monsanto qui ont joué les organisateurs, le juge et le jury», rejetant preuves et condamnation. Et Monsanto, pas rancunier, de conclure dans son communiqué : «Nous restons engagés à un véritable dialogue avec ceux qui sont sincèrement intéressés par l’agriculture durable».