Les frites de McDonald’s sont-elles végétariennes?

Les frites de McDonald’s US contiendraient 19 ingrédients, comme le dévoile le géant américain lui-même sur sa chaine Youtube. On y retrouve quelques substances surprenantes, comme le dimethylpolysiloxane (utilisé dans certains shampoings), du dextrose (sucre) et de l’arôme de boeuf.

Pour autant, alors que McDonald’s adapte régulièrement ses recettes en fonction du pays, qu’en est-il réellement en France?

« Aucune matière animale dans les frites de McDonald’s en France »

Le service de presse de McDonald’s France se veut catégorique. Il n’y a pas de matière animale dans ses frites, la recette n’étant pas la même en France et aux Etats-Unis.

« Nos pommes de terres proviennent du Nord et de l’Est de la France. Elles sont cultivées et récoltées en plein champs. Aucun ajout d’agents de saveur, ni d’arômes artificiels, ni d’additifs d’origine animale, n’intervient dans la préparation de nos frites. Enfin, l’huile de cuisson est une huile végétale, composée de colza et de tournesol » précise McDonald’s France.

Et dans les autres pays francophones?

Vegemag a contacté McDonald’s Suisse, McDonald’s Belgique et McDonald’s Canada. Nous ne manquerons pas de vous tenir informé prochainement.

McDonald’s France: Aucune matière animale dans les frites

McDonald’s Suisse: Aucune matière animale dans les frites

« Le processus de fabrication n’est pas du tout le même en Suisse qu’aux Etats-Unis. En Suisse, notre fournisseur depuis 1976  est Frigemo, basé à Cressier (NE). Lors de la préparation, les seuls ingrédients utilisés en plus des pommes de terre suisses “Innovator” sont de l’huile de colza suisse non hydrogénée, une petite portion de dextrose et un stabilisateur connu sous le nom de phosphate de sodium. »

McDonald’s Belgique:

En attente de réponse…

McDonald’s Canada:

En attente de réponse…

Cédric Garrofé

Article écrit par Cédric Garrofé

Journaliste et fondateur de Vegemag, il s'intéresse à la cause animale depuis près de 15 ans. Il a remporté le Prix Suva des Médias en 2018 et un Online Journalism Awards en 2017, prix le plus prestigieux du journalisme numérique international, avec la rédaction du média Le Temps.