Landry, le Vendéen qui ramasse les ordures à travers l’Europe

Joindre l’utile à l’agréable. C’est ce qui a motivé Landry Routhiau, Vendéen de 29 ans, à partir en voyage à travers l’Europe avec son combi Volkswagen et une mission : ramasser tous les déchets qu’il peut sur son passage.

25.000 kilomètres et 21 pays traversés

Ancien ingénieur mécanique dans un grand groupe automobile à Paris, le jeune homme a fini par revenir dans sa Vendée natale parce que «le respect des personnes et de la planète est pour moi bien plus essentiel que le profit». Là, il y a créé une association écologique et collaborative baptisée Pecc aux missions multiples : «le partage d’outils, de techniques, l’échange de plans, de fruits de légumes, l’entraide, la formation et l’information, le ramassage des déchets sauvages, l’invention de produits biodégradables et la création de machines de recyclage…»

Un voyage pour la planète

Puis il a pris la route dans son Combi réhabilité au mois d’août dernier. Tout au long de son périple de 25.000 kilomètres, traversant l’Europe du nord au sud – 21 pays, allant même jusqu’au Maroc, Landry Routhiau ramasse, pèse, trie et recycle les déchets trouvés aux bords des routes, simplement pour «pouvoir explorer les merveilles de notre monde tout en essayant de lui rendre son paysage naturel».

La Slovaquie, pire pays jusque-là

Sur son site, «Un voyage pour la planète», le jeune homme raconte évidemment son périple, photos et vidéos à l’appui, mais poursuit également sa mission d’information sur le recyclage et le zéro déchet. Et il y a du travail : après sa première heure et demie de trajet au départ de la Vendée, alors qu’il avait atteint la Bretagne, Landry Routhiau avait déjà ramassé 18 kilos de déchets jetés dans la nature !

Un voyage pour la planète

L’«éboutripeur» a pris ensuite la direction de la Scandinavie avant d’atteindre les pays Baltes via l’extrême nord de l’Europe, puis la Pologne et dernièrement la Slovaquie, lieu de son «record de ramassage d’ordures» (156 kilos). Malheureusement, parfois, trop, c’est trop, comme il le raconte dans la vidéo ci-dessous :

Prochaine étape : la Hongrie. Pour la suite et depuis le début de son voyage, le Vendéen compte sur la générosité du public afin de pouvoir se nourrir, participer aux divers frais et faire avancer sa cause. Un petit geste vous permettra, entre autres, d’avoir votre nom inscrit sur son fier Combi ! Bon voyage Landry !