L

La tendresse d’un chimpanzé rescapé pour Jane Goodall

«Merci pour tout». Il y a quelques années, la primatologue britannique Jane Goodal avait recueilli un bébé chimpanzé blessée par des braconniers, et dans un état critique.

En juin, et après des mois pour retrouver la forme, Wounda, qui signifie «entre la vie et la mort», a enfin pu retrouver la liberté, sur l’île de Tchindzoulou au Congo.

Et au moment de sa libération, la femelle a montré un élan de tendresse envers l’octogénaire qui consacre sa vie à l’étude et à la protection des grands singes de son espèce.

Comme si Wounda avait compris que la scientifique lui avait sauvé la vie.


Des images qui poussent une fois de plus à s’interroger sur la frontière entre l’humain et l’animal.

Quelque 160 chimpanzés peuplent le centre de réhabilitation des Chimpanzés de l’Institut Jane Goodall en République Démocratique du Congo et qui fonctionne grâce aux dons.

Pour plus d’information: http://www.janegoodall.fr/

CategoriesNon classé
Avatar
Julie Perrieux

Journaliste spécialisée en développement durable.

Comments are closed.