En Corée du Sud, Humane Society International sauve 55 chiens destinés à être mangés

Les animaux, qui vivaient dans les conditions déplorables d’un élevage près de Séoul, ont été envoyés dans des refuges aux Etats-Unis.

Nouveau succès pour Humane Society International (HSI). L’ONG de défense des animaux a annoncé la semaine dernière avoir fait fermer son 7e élevage de chiens destinés à être mangés en Corée du Sud.

Les 55 animaux, qui vivaient dans les cages sombres et faiblement éclairées d’un élevage de Goyang, près de Séoul, ont été envoyés directement aux Etats-Unis pour y être adoptés.

Au total, HSI a sauvé près de 800 chiens de races variées dans le pays, mais un chiffre qui reste très faible quand on sait que la Corée du Sud abrite 17.000 élevages de ce type pour 2,5 millions de chiens consommés par an, une consommation cependant en déclin continu.

«Ces chiens ont toujours vécu jusque-là dans des conditions déplorables»

«Cela fait deux ans que je participe à cette campagne visant à mettre fin au commerce de la viande de chien en Asie et j’ai pensé tout avoir tout vu jusqu’à ce que je vois cette installation. J’ai eu littéralement le souffle coupé quand nous sommes entrés dans l’obscurité, la puanteur était accablante», a raconté dans un communiqué Adam Parascandola, l’un des responsables de HSI.

«L’ammoniac brûlait nos gorges. Nous pouvions entendre les aboiements désespérés des chiens, mais nous ne pouvions pas les voir clairement, juste leurs yeux. Ensuite, après s’être habitués à l’obscurité, nous avons pu voir le triste état dans lequel vivaient ces pauvres animaux. La ferme se trouve à côté de la voie publique, mais les gens qui passent n’ont jamais su quelle souffrance elle cachait».

«Ces chiens ont toujours vécu jusque-là dans des conditions déplorables, donc nous sommes très heureux de les en sortir. La plupart semble avoir eu peu de contact humain et beaucoup d’entre eux ont ainsi très peur des gens, ils se recroquevillent quand nous nous approchons d’eux et essayent de se cacher dans un coin. Mais nous savons par expérience qu’une fois que nous les emmènerons dans un endroit sûr et qu’ils se sentiront en sécurité et aimés, ils apprendront à avoir confiance. Leur capacité à rebondir dans les pires situations m’impressionne», a ajouté Adam Parascandola.

Des fermes réhabilitées

Mais le travail de HSI va au-delà de la simple fermeture de ces élevages, négociés avec leurs propriétaires, souvent âgés. L’organisation met systématiquement en place un plan de transition afin que les éleveurs puissent trouver une nouvelle activité, notamment vers des cultures de fruits et légumes.

Même si cette industrie devrait finir par s’éteindre, d’après les éleveurs eux-mêmes, elle porte une rude image sur la Corée du Sud, à un an des jeux Olympiques d’hiver de Pyeongchang. HSI espère que le gouvernement sud-coréen entreprendra ainsi de faire le nécessaire pour poursuivre ce démantèlement.