5

50 millions de végétariens en Chine: Pourquoi?

Les Chinois ont toujours (beaucoup) aimé la viande. Pourtant, il semblerait que les temps changent.

Public Radio International rapportait récemment que le nombre de végétariens avaient dépassé les 50 millions dans l’Empire du milieu. Comment l’expliquer?

Des campagnes qui accrochent

On le sait. L’expression «une vie de chien» prend tout son sens en Chine, où il est facile d’en consommer, au même titre que du chat. Indignés, de nombreuses associations de protections animales n’hésitent pas depuis plusieurs années à mettre les moyens dans des campagnes de promotion massives. Et ça marche.

Interrogé par le chaine NDTV, qui s’est intéressée au phénomène, Chenn un lycéen de 17 ans, raconte avoir cessé de consommer de la viande après avoir vu une affiche en faveur de la protection des animaux dans la rue. «Cela m’a vraiment marqué».

Indigestion de scandales alimentaires

Dans une nation empêtré dans les scandales alimentaires à répétition (plats à base de rats, viande d’âne au renard, lait contaminé à la mélamine, lait frelaté…), les Chinois de plus en plus méfiants envers la nourriture d’origine animale.

Et en réponse, ils se tournent vers les régimes végétariens, plus sains.

Inspirés par Nathalie Portman ou Bouddha

«En fait, c’est cool d’être végé. Vous mangez moins de mauvaise graisse, et vous êtes aussi compatissant» raconte Xu, toujours au micro de NDTV. Le jeune étudiant affirme avoir été inspirée par des célébrités comme Jet Li ou Natalie Portman.

Liu a elle aussi renoncé à la viande et aux produits laitier. Elle puise sa motivation dans sa foi. «Je suis bouddhiste. Et pour moi, je ne vois pas comment on pourrait être en conformité avec les enseignements du Bouddha en consommant de la viande.»

CategoriesNon classé
Cédric Garrofé
Cédric Garrofé

Journaliste et fondateur de Vegemag, il s'intéresse à la cause animale depuis près de 15 ans. Il a remporté le Prix Suva des Médias en 2018 et un Online Journalism Awards en 2017 avec la rédaction du média «Le Temps».