K

Khaled bin Alwaleed, un prince vegan et écolo au pays du pétrole

Si l’Arabie saoudite est un pays rétrograde à bien des aspects, un petit espoir semble naître grâce à l’un des princes du royaume, Khaled bin Alwaleed. Cet homme d’affaires de 38 ans, fils du prince Alwaleed, 34e fortune de la planète en 2015, a décidé de devenir vegan il y a cinq ans. Il est aussi un fer de lance de la lutte contre le réchauffement climatique de son pays.

«Vous n’avez pas besoin d’être un scientifique pour comprendre que le réchauffement climatique est réel. J’ai vu les statistiques et honnêtement, c’est inquiétant», a-t-il affirmé au National Observer.

«Nous faisons du mal à l’environnement et au final, à nous-mêmes. L’environnement sera atteint jusqu’à un certain point avant que cela ne retombe sur nous. Ensuite nous disparaîtrons et le monde redeviendra l’endroit magnifique et luxuriant que nous étions supposés habiter», a-t-il ajouté.

Vegan depuis cinq ans

Sa prise de conscience est telle que Khaled bin Alwaleed a pris des décisions radicales pour son existence, quittant notamment la vie de palais et délaissant sa collection de voitures pour une Tesla électrique.

Il a également revendu toutes ses actions dans l’industrie du pétrole et du gaz afin de concentrer ses activités sur des secteurs plus écoresponsables, contribuant notamment à développer significativement l’énergie solaire dans la Jordanie voisine.

Le prince est également devenu vegan il y a cinq ans, après des problèmes de santé, regrettant amèrement, selon le National Observer, ses parties de chasse passées en Afrique. Aujourd’hui, à l’image des publications de son compte Twitter, il lutte plus que jamais contre les souffrances animales et entend répandre le véganisme au Moyen-Orient. Un régime alimentaire qu’il a d’abord réussi à faire adopter par son propre père: «Nous avons une excellente relation et le véganisme l’a fait atteindre un niveau supérieur».

«Mon objectif principal est de jeter l’agriculture industrielle dans la poubelle de l’histoire. Cela se passera avant ma mort.»

«D’origine végétale» plutôt que «vegan»

Mais Khaled bin Alwaleed préfère promouvoir ce mouvement avec le terme «d’origine végétale». «Si on dit vegan, les gens se braquent automatiquement. Mais si vous parlez d’origine végétale, ils sont alors plus à l’aise et il est plus facile de leur parler. J’essaie donc d’encourager le mouvement d’origine végétale», a-t-il expliqué.

Selon lui, les deux combats de sa vie se rejoignent. «Tout est lié. Le bien-être des animaux, l’agriculture intensive, l’environnement. Nous pouvons trouver des solutions si l’on regarde les choses d’un point de vue économique, humain et pratique plutôt que d’un point de vue cupide», a-t-il considéré.

CategoriesNon classé
Corentin Chauvel
Corentin Chauvel

Co-fondateur de Bom Dia Brésil, magazine spécialisé sur le plus grand État d’Amérique latine.