Des militants de la cause animale manifestent à Mézilles pour demander la fermeture du CEDS

2

Photos: Eric Mogwai

Entre 400 et 600 militants de la cause animale venus de toute la France ont manifesté samedi à Mézilles (Yonne) pour demander la fermeture du Centre d’Elevage des Souches (CEDS) et la généralisation des expérimentations scientifiques sans animaux.

Le CEDS est un camp d’élevage de chiens pour les laboratoires. Près de 2.000 beagles seraient élevés dans l’établissement, revendus à des fins de vivisection et expérimentation animale.

« Une minute de silence très émouvante »

« Nous avons démarré notre marche de l’église de Mézilles vers 12h pour nous diriger à pied vers le CEDS. Arrivés à 200 mètres du centre, nous avons été bloqués par des gendarmes. Les organisateurs ont essayé de les sensibiliser en leur montrant deux petits chiens beagles qui participaient à la marche. Mais ils n’ont pas vraiment réagit » rapporte Eric, un militant de la quarantaine venu en car de Paris.

« Le moment le plus émouvant de la journée, c’est quand les militants se sont tous assis pour une minute de silence » ajoute-t-il.

3

« C’est important d’être là »

Sébastien a tenu lui aussi à participer à ce mouvement. « C’est important d’être là. Au delà de la portée symbolique, cette action permettra que le sujet soit abordé dans les médias. Notamment locaux, car pas grand monde ici ne connait le CEDS et ses actions. J’espère aussi que les gens vont en parler sur les réseaux sociaux » affirme-t-il.
« L’action est nécessaire même si elle peut paraître de faible portée à court terme. Elle doit être complémentaire avec les autres formes d’actions contre l’expérimentation animale » enchaîne-t-il.

Un établissement construit loin des regards

Car en effet, il est toujours très difficile de connaître l’existence du Centre d’Elevage des Souches, même pour les locaux.

« Le CEDS est situé en pleine campagne, loin des habitations, pour ne peut attirer l’attention. L’élevage comprend un grand bâtiment vert à ventilation artificielle, il n’y a pas de fenêtres, dont le seul bruit qui sort est l’aboiement des chiens » précise un administrateur du collectif Fermons le CEDS.

4

Plus d’un million d’euros de chiffre d’affaires

Le CEDS existe depuis 1974. Il a réalisé un chiffre d’affaires de 1.344.800 euros en 2013. Près de 2.000 chiens y seraient élevés, tous à des fins de vivisection et expérimentation animale.

Dans des propos recueillis par le journal L’Yonne-Républicaine, le propriétaire de l’établissement Michel Carré récuse les critiques, assurant que lui et ses dix-huit salariés «sont des gens respectueux des animaux».

Cédric Garrofé

Article écrit par Cédric Garrofé

Journaliste et fondateur de Vegemag, il s'intéresse à la cause animale depuis près de 15 ans. Il a remporté le Prix Suva des Médias en 2018 et un Online Journalism Awards en 2017, prix le plus prestigieux du journalisme numérique international, avec la rédaction du média Le Temps.