Des militants de la cause animale réunis à Paris pour dénoncer le massacre de dauphins dans la baie de Taiji

Delphin days 2014

Une centaine de militants de la cause animale se sont rassemblés samedi après-midi sur le parvis du Trocadéro à Paris répondant à l’appel de plusieurs associations dans le cadre du Dolphin Days 2014.

Un événement international pour sensibiliser au massacre de dauphins perpétré par des pêcheurs dans la baie de Taiji, dans l’ouest du Japon, et créé par Ric O’Barry, ancien dresseur des dauphins de la série Flipper, devenu militant anti-captivité.

Regardez ci-dessous le happening des militants sur le parvis du Trocadero à Paris, le 30 août 2014

« Taiji, le symbole de la captivité des dauphins »

« Les dauphins sont théoriquement capturés pour la viande, mais comme il y a beaucoup de pollution, c’est de moins en moins le cas. Un dauphin mort se vend dans les 600 euros, alors qu’un dauphin vivant et dressé près de 150.000 euros » avance Christine Grandjean, coorganisatrice de l’événement pour le collectif « C’est assez ! ».

« Après la capture, il y a une sélection qui se fait. Les dauphins vont passer par un centre de redressement. Ceux qui survivent iront au Taiji Whale Museum et seront achetés par des propriétaires de parcs aquatiques du monde entier. Ce qui est important dans ce massacre, c’est qu’il y a une double mort. Soit ils meurent pour servir de nourriture, soit ils finiront dans un delphinarium, où l’espérance de vie y est très faible. » précise Yvon Godefroid, représentant de La Dolphin Connection.

« Taiji aurait du disparaître car ce n’était pas rentable. La viande ne se vendait pas. Mais en 1969, Sea World avait besoin d’orques, alors ils ont demandé aux pêcheurs de reprendre leurs bateaux. (…) Affirmer, comme les Japonais le font, que c’est une pratique culturelle n’est qu’un écran de fumée. La vraie motivation, c’est les ventes pour les delphinariums. Taiji est le symbole de la captivité des dauphins » enchaîne-t-il.

« Ce massacre commence le 1er septembre et va durer jusqu’en mars. La plupart des dauphins vont finir dans des parcs. Il faut regarder des documentaires comme Blackfish ou The Cove. Ils permettent de comprendre que la place de ces animaux est en mer, et pas enfermés dans des bassins » ajoute Baptiste, militant pour 269 Life.

Le Réseau-Cétacés, souvent mobilisé sur ce genre d’événement était aussi de la partie.

« Des pratiques honteuses et inhumaines »

Eric est l’un des militants venus participer au Dolphin Days 2014. Trés sensible à la cause animale, le jeune homme s’est préparé à passer tout l’après-midi allongé par terre, en maillot de bain et barbouillé de faux sang.

Un bon moyen, il l’espère, pour capter l’oeil des passants, nombreux à venir admirer la Tour Eiffel en ce samedi après-midi.

eric1

A droite, Eric restera figé tout l’après-midi pour les dauphins

« Ce qu’il se passe dans cette baie est caché aux Japonais. La plupart des dauphins seront vendus. Les autres seront tués. Ces pratiques sont honteuses et inhumaines. Surtout quand on sait que cet animal marin est doté d’extraordinaires capacités cognitives. C’est pour dénoncer cela que nous sommes nombreux à nous mobiliser aujourd’hui » précise-t-il.

20.000 dauphins massacrés au Japon

Chaque année, plus de de 20.000 dauphins sont tués au Japon. Les pratiques des pêcheurs à Taiji ont été révélées au grand public par le documentaire «The Cove, la baie de la honte», récompensé par un Oscar en 2010.

Le film est toujours interdit de diffusion au Japon.

 

Cédric Garrofé

Journaliste et responsable des réseaux sociaux, Fondateur de Vegemag, Professeur au Centre de formation au journalisme et aux médias, Spécialisé en communication politique.