L’UFC-Que Choisir dénonce une dégradation de la qualité de l’eau

L’association de consommateurs pointe du doigt la politique de l’eau.

Skitterphoto / Pixabay

La France a un sérieux problème d’eau. C’est ce qu’a dénoncé cette semaine l’UFC-Que Choisir, lançant une pétition qui réclame «une réforme urgente de la politique de l’eau».

L’agriculture intensive, principal consommateur et pollueur

La dégradation de la qualité de l’eau ces dernières années est illustrée par deux exemples cités par l’association de consommateurs: les restrictions d’eau cet été par 84 départements, dont 37 en situation de «crise», et l’exposition de 1,9 million de consommateurs à une eau polluée par les pesticides agricoles entre 2014 et 2016.

Le problème réside ainsi dans la politique de l’eau, avec notamment des aides publiques qui «encouragent essentiellement l’agriculture intensive et insuffisamment les modèles agricoles moins consommateurs de pesticides, d’engrais et d’eau». Or, comme le rappelle l’UFC-Que Choisir, l’agriculture intensive, qui consomme la moitié de ressources annuelles en eau, «est la principale responsable des pollutions de la ressource aquatique, à hauteur de 70% pour les pesticides et de 75% pour les nitrates».

Les consommateurs payent pour la pollution

En parallèle, «les agences de l’eau consacrent à peine 30% de leur budget à la prévention, qui est pourtant leur mission principale» et «les consommateurs paient, via leur facture d’eau, l’essentiel des taxes consommation et pollution en lieu et place des principaux préleveurs et pollueurs», déplore encore l’association.

Corentin Chauvel

Article écrit par Corentin Chauvel

Journaliste professionnel et généraliste, il a travaillé pour Le Monde, Radio France, Libération, 20 Minutes et EuroNews. Il est aussi co-fondateur de Bom Dia Brésil, magazine spécialisé sur le plus grand État d’Amérique latine.