Les animaux d’un zoo espagnol en détresse vont pouvoir être sauvés

Capture d'écran YouTube

Ils étaient quasi abandonnés dans l’établissement fermé depuis deux mois.

Fin du calvaire pour les animaux du zoo municipal Prudencio Navarro d’Ayamonte (Andalousie). Alors qu’ils se trouvaient en situation de quasi-abandon depuis la fermeture de l’établissement par la mairie il y a deux mois, ils vont finalement être transférés dans des lieux plus accueillants, a rapporté La Vanguardia ce mardi.

La semaine dernière, l’ONG Proyecto Gran Simio avait alerté sur leur «état lamentable», due à une situation «chaotique» au sein du zoo. «Deux ours, un tigre, quatre babouins, des daims et quelques autres animaux sont encore dans le zoo dans un état d’abandon déplorable et des conditions sanitaires terribles», avait dénoncé l’association dans un communiqué.

Controverse autour de la situation du zoo

Elle ajoutait que les responsables du zoo refusaient de s’entretenir avec les ONG afin de trouver un refuge aux animaux restants. Le Service espagnol de protection de la nature (Seprona) a été saisi et une solution a enfin pu être trouvée cette semaine. Tous les animaux seront transférés dans divers autres établissements d’Espagne, à commencer par les neuf daims dans les jours qui viennent.

L’association qui a obtenu le transfert des animaux, Animals Feel, a néanmoins contredit les informations diffusées par Proyecto Gran Simio et la presse. «Bien que les animaux ne soient pas dans de bonnes conditions, ils ne sont pas abandonnés à leur sort dans un zoo fermé», a-t-elle affirmé, précisant que l’établissement était toujours ouvert au public. L’organisme a expliqué que les négociations avec les autorités municipales s’étaient très bien déroulées: «Grâce à ce projet approuvé par la mairie, nous pourrons reloger les animaux dans différents espaces adaptés à tous leurs besoins et où ils seront en sécurité pour le restant de leur vie.»

Corentin Chauvel

Article écrit par Corentin Chauvel

Journaliste professionnel et généraliste, il a travaillé pour Le Monde, Radio France, Libération, 20 Minutes et EuroNews. Il est aussi co-fondateur de Bom Dia Brésil, magazine spécialisé sur le plus grand État d’Amérique latine.