Un skieur américain repart de PyeongChang avec un chien sauvé d’un élevage

La ferme, qui élevait des chiens destinés à la consommation, avait été fermée par une ONG.

Le skieur américain Gus Kenworthy n’est pas venu aux jeux Olympiques d’hiver pour rien. Certes, il n’a pas gagné de médaille comme à Sochi il y a quatre ans, mais il est reparti de PyeongChang avec un chien sauvé d’un élevage, a-t-il raconté le week-end dernier sur son compte Instagram.

This morning Matt and I had a heart-wrenching visit to one of the 17,000 dog farms here in South Korea. Across the country there are 2.5 million dogs being raised for food in some of the most disturbing conditions imaginable. Yes, there is an argument to be made that eating dogs is a part of Korean culture. And, while don't personally agree with it, I do agree that it's not my place to impose western ideals on the people here. The way these animals are being treated, however, is completely inhumane and culture should never be a scapegoat for cruelty. I was told that the dogs on this particular farm were kept in "good conditions" by comparison to other farms. The dogs here are malnourished and physically abused, crammed into tiny wire-floored pens, and exposed to the freezing winter elements and scorching summer conditions. When it comes time to put one down it is done so in front of the other dogs by means of electrocution sometimes taking up to 20 agonizing minutes. Despite the beliefs of some, these dogs are no different from the ones we call pets back home. Some of them were even pets at one time and were stolen or found and sold into the dog meat trade. Luckily, this particular farm (thanks to the hard work of the Humane Society International and the cooperation of a farmer who's seen the error of his ways) is being permanently shut down and all 90 of the dogs here will be brought to the US and Canada where they'll find their fur-ever homes. I adopted the sweet baby in the first pic (we named her Beemo) and she'll be coming to the US to live with me as soon as she's through with her vaccinations in a short couple of weeks. I cannot wait to give her the best life possible! There are still millions of dogs here in need of help though (like the Great Pyrenees in the 2nd pic who was truly the sweetest dog ever). I'm hoping to use this visit as an opportunity to raise awareness to the inhumanity of the dog meat trade and the plight of dogs everywhere, including back home in the US where millions of dogs are in need of loving homes! Go to @hsiglobal's page to see how you can help. #dogsarefriendsnotfood #adoptdontshop ❤️🐶

Une publication partagée par gus kenworthy (@guskenworthy) le

La ferme en question, qui accueillait 90 animaux, est l’une des nombreuses dans lesquelles Humane Society International est intervenu dans le pays, obtenant la fin de ses activités. Baptisée Beemo, la jeune chienne, qui aurait pu finir dans une assiette, va ainsi pouvoir poursuivre sa vie aux Etats-Unis. Les autres chiens ont tous été sauvés.

«Les chiens sont mal nourris et maltraités physiquement»

«La façon dont ces animaux sont traités est complètement inhumaine et la culture ne devrait jamais être un laissez-passer pour la cruauté. On m’a dit que les chiens de cette ferme étaient gardés dans de ‘’bonnes conditions’’ par rapport aux autres fermes. Les chiens sont mal nourris et maltraités physiquement, entassés dans de minuscules enclos recouverts de fil métallique et exposés au gel l’hiver et à la canicule l’été. Quand vient le moment d’en abattre un, cela se fait devant les autres chiens au moyen d’une électrocution qui peut parfois prendre jusqu’à 20 douloureuses minutes», a décrit le sportif dans son post. «Je profite de cette visite pour sensibiliser les gens à l’inhumanité du commerce de la viande de chien et au sort des chiens partout dans le monde, y compris aux États-Unis, où des millions de chiens ont besoin de foyer!» a-t-il ajouté.

Gus Kenworthy est un coutumier de l’adoption de chiens dans les pays accueillant des jeux Olympiques d’hiver. Il y a quatre ans en Russie, il était retourné chez lui avec deux chiens (et accessoirement une médaille d’argent).

Le skieur américain avait aussi sensation à Pyeongchang cette année après avoir été filmé en direct en train d’embrasser son petit ami.

Le précédent Meagan Duhamel

L’an dernier, lors d’un événement test à PyeongChang, la patineuse vegan canadienne Meagan Duhamel avait elle aussi adopté un chien issu d’une ferme similaire, invitant tous les athlètes olympiques à en faire de même lors des JO.

La Corée du Sud abrite 17 000 élevages pour 2,5 millions de chiens consommés par an, une consommation cependant en déclin continu, notamment parmi les nouvelles générations. Un récent sondage montrait que 70% des Sud-Coréens ne mangeaient pas de chien, mais ils ne sont que 40% à demander l’interdiction de sa consommation.

Corentin Chauvel

Article écrit par Corentin Chauvel

Journaliste professionnel et généraliste, il a travaillé pour Le Monde, Radio France, Libération, 20 Minutes et EuroNews. Il est aussi co-fondateur de Bom Dia Brésil, magazine spécialisé sur le plus grand État d’Amérique latine.