Paris-Toulouse en courant: le défi de Régis Mangeot pour la cause animale et le véganisme

Il veut attirer l’attention sur la disparition des espèces.

Régis Mangeot / Facebook

750 comme le nombre d’espèces animales ayant disparu de la surface de la Terre. Régis Mangeot, coureur «ultra» vegan, a ainsi décidé de parcourir, entre le 31 août et le 10 septembre, ce même nombre de kilomètres afin de mobiliser les consciences autour de la cause animale et de son régime alimentaire.

De Paris à Toulouse

Son point de départ? Paris et sa place de la République, comme «un symbole envoyé au monde, des notions de liberté, d’égalité et de fraternité que je souhaite voir reconnues aux êtres sentients» et «ces grandes valeurs font défaut aujourd’hui lorsque l’on s’intéresse à leurs conditions de vie».

La destination? Toulouse, «une ville pleine de vie, pleine de volonté, où les associations font un travail important pour la protection animale et la promotion du mode de vie vegan». Et sur le chemin des étapes à Etampes (Essonne), Orléans (Loiret), Vierzon (Cher), Châteauroux (Indre), Guéret (Creuse), Eymoutiers (Haute-Vienne), Tulle (Corrèze), Gramat (Lot), Cahors (Lot) et Montauban (Tarn-et-Garonne).

Trois causes à défendre

Durant son périple, Régis Mangeot brandira trois étendards: la «promotion du véganisme», le «rejet du spécisme» et la «lutte pour la protection animale».

Le défi revêt une autre importance, prouver que le véganisme est adapté à la pratique du sport de haut niveau: «Malgré tout ce que  l’on peut voir et lire, le mode de vie vegan, par son alimentation végétale, est bénéfique et permet, outre une vie sereine et sans carences, la pratique du sport, même à doses importantes. Je le vis chaque jour, à chaque entraînement, à chaque compétition».

En effet, le quarantenaire, végétarien depuis 2006 puis vegan depuis plus de six ans, est un habitué des courses ultra, sur de très longues distances et donc durées, pour lesquelles il associe régulièrement un organisme militant.

Corentin Chauvel

Article écrit par Corentin Chauvel

Journaliste professionnel et généraliste, il a travaillé pour Le Monde, Radio France, Libération, 20 Minutes et EuroNews. Il est aussi co-fondateur de Bom Dia Brésil, magazine spécialisé sur le plus grand État d’Amérique latine.