Les stratégies des géants du tabac pour contrecarrer les réglementations internationales

Philip Morris intervient au cœur des réunions de l’Organisation mondiale de la santé.

geralt / Pixabay

Alors que les réglementations internationales sur le tabac sont toujours plus restrictives, les fabricants ne lâchent pas prise pour autant. Tout en proposant des alternatives moins nocives à la cigarette traditionnelle, leur lobbying est toujours plus intense au cœur même de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Des documents internes provenant du groupe Philip Morris International (PMI) recueillis par l’agence de presse Reuters et relayés par Le Temps montrent le cigarettier se féliciter d’avoir réduit la portée de certaines mesures de la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac (FCTC) de 2003.

Eviter de nouvelles taxes à tout prix

Ses 168 signataires se réunissent tous les deux ans, avec toujours des employés de PMI – le groupe en compte près de 600 au total – dans les parages, se livrant à une véritable guerre pour tenter d’affaiblir les décisions prises, du lancement du paquet neutre à l’augmentation du prix des cigarettes.

Cette dernière mesure, encore envisagée l’an prochain en France, est la plus combattue par PMI car la plus efficace pour réduire la consommation, notamment chez les jeunes. L’objectif pour la multinationale est alors faire en sorte de convaincre, au sein des gouvernements, le ministère de l’Economie des bienfaits des ventes de cigarettes pour les recettes fiscales afin que ce dernier freine son homologue de la Santé, à l’origine de l’initiative.

Corentin Chauvel

Article écrit par Corentin Chauvel

Journaliste professionnel et généraliste, il a travaillé pour Le Monde, Radio France, Libération, 20 Minutes et EuroNews. Il est aussi co-fondateur de Bom Dia Brésil, magazine spécialisé sur le plus grand État d’Amérique latine.