La SPA attaque la corrida en justice pour obtenir son interdiction

Le même procédé sera utilisé pour la chasse à courre, la fourrure, les cirques…

Comment mettre fin à la corrida en France? En poursuivant tous ses acteurs en justice. Telle est la dernière initiative de la Société protectrice des animaux (SPA), qui a déposé plainte lundi pour sévices graves devant le tribunal de grande instance de Paris.

Des toreros, organisateurs et municipalités visés

«Les personnes visées par cette procédure sont des toreros, des sociétés organisatrices de spectacles de corridas et des municipalités», indique la SPA dans un communiqué diffusé ce jeudi. «Est mis en cause, l’ensemble des actes caractérisant une corrida, de la mutilation du taureau à son exécution», qui est, selon l’association, puni par la loi de 2 ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende. «Le texte autorise les courses de taureaux qui n’impliquent pas la mort de l’animal contrairement aux corridas», précise-t-elle.

La SPA espère remporter cette action en justice afin que la législation en vigueur soit modifiée par la suite en vue d’une interdiction. D’autres recours en justice similaires sont ou seront menés contre la chasse à courre, la fourrure, l’exploitation d’animaux dans les cirques, le gavage, l’abattage sans étourdissement et l’expérimentation animale.

Corentin Chauvel

Journaliste professionnel et généraliste, j’ai travaillé pour Bom Dia Brésil, Lepetitjournal.com Brésil, 20 Minutes, Radio France, Le Monde, EuroNews et Libération.