Fin des appellations «lait» et «fromage» pour les produits d’origine végétale en Europe

La Cour de justice européenne a statué sur le sujet la semaine dernière.

Mc559 / Flickr

L’industrie laitière l’a emporté. Dans plusieurs pays, elle demandait à ce que les «laits» ou «fromages» d’origine végétale ne puissent plus porter cette appellation afin, selon elle, de ne pas perturber les consommateurs qui pourraient se tromper dans leurs achats.

La Cour de justice européenne lui a donné raison la semaine dernière.

Fromage, yaourt et crème également concernés

«Aux fins de la commercialisation et de la publicité, la réglementation (de l’UE) réserve en principe la dénomination « lait » au seul lait d’origine animale», a statué dans son arrêt la Cour de justice de l’UE (CJUE), citée par Libération.

Les termes «fromage», «beurre», «chantilly», «yaourt» ou encore «crème» – avec des exceptions pour crème de riz, de cassis ou encore de marrons – sont également concernés par la nouvelle réglementation européenne. Les produits équivalents à base de soja, amande, noisette ou encore tofu vont ainsi devoir trouver un autre nom, même si certaines marques avaient déjà anticipé cette contrainte.

Tromperie ou non?

«Le consommateur ne sait plus ce qu’on lui vend. Cela ne veut pas dire que le produit est mauvais. Il peut tout à fait être bon, sain, avec des qualités nutritionnelles, mais il pourrait tout aussi bien s’appeler ‘boisson à base de soja’. Rien ne les empêche de faire des produits vegan, mais en respectant les dénominations qui sont protégées» précisait Richard Milchior, avocat spécialiste en droit de l’Union européenne sur BFMTV.

«On voit bien que les producteurs laitiers se sentent menacés par ces alternatives en tentant de protéger leurs appellations. La dénomination ‘fromage végétal’ permet d’indiquer au consommateur l’usage qu’il pourra en faire. Le terme ‘lait de soja’ est installé dans le langage commun. Y a-t-il vraiment tromperie lorsqu’il les achète?» a précisé de son côté Sébastien Arsac, co-fondateur de L214.

Cette interdiction est mise en application dans la totalité des pays membres du l’Union européenne.

Corentin Chauvel

Article écrit par Corentin Chauvel

Journaliste professionnel et généraliste, il a travaillé pour Le Monde, Radio France, Libération, 20 Minutes et EuroNews. Il est aussi co-fondateur de Bom Dia Brésil, magazine spécialisé sur le plus grand État d’Amérique latine.