En phase terminale de cancer, il poursuit Monsanto en justice

Un jardinier californien de 46 ans accuse le Roundup de l’avoir rendu malade.

Mike Mozart/Flickr

Un dernier combat avant de mourir. En phase terminale, DeWayne Johnson, un jardinier californien de 46 ans, est la première personne à poursuivre individuellement Monsanto. Il accuse le Roundup, l’herbicide vedette de la multinationale qu’il a utilisé activement entre 2012 et 2015, d’avoir provoqué son cancer.

«Monsanto a caché le risque de cancer»

S’il ne sait pas s’il survivra au procès qui débutera le mois prochain à San Francisco, DeWayne Johnson a reçu la semaine dernière un élément important pour sa cause. Le juge a ordonné que les jurés ne prennent pas en compte seulement les éventuelles preuves scientifiques, contestées par Monsanto, mais également le fait que la multinationale connaissait depuis longtemps les risques pour la santé du glyphosate, l’agent actif du Roundup, mais l’a caché – et continue de les nier, tentant d’influencer les études scientifiques sur le sujet.

Et c’est justement sur cette base que le procès a été intenté. «Nous sommes impatients d’exposer comment Monsanto a caché le risque de cancer et pollué la science. Monsanto ne veut pas que la vérité sur le Roundup et le cancer devienne publique», a déclaré Michael Miller, l’avocat de DeWayne Johnson, cité par The Guardian.

Une influence sur les autres procès

Mais, en face, la multinationale ne bronche pas, s’appuyant sur des études différentes. «Des études exhaustives sur les effets toxicologiques et environnementaux menées au cours des 40 dernières années ont démontré à maintes reprises le fort profil d’innocuité de cet herbicide utilisé à l’échelle mondiale», indique-t-elle sur son site.

Comme le fait remarquer le quotidien britannique, le verdict du procès intenté à Monsanto par DeWayne Johnson pourrait avoir une influence conséquente sur les autres procès en cours impliquant plusieurs autres milliers de personnes pour des raisons similaires.

Corentin Chauvel

Article écrit par Corentin Chauvel

Journaliste professionnel et généraliste, il a travaillé pour Le Monde, Radio France, Libération, 20 Minutes et EuroNews. Il est aussi co-fondateur de Bom Dia Brésil, magazine spécialisé sur le plus grand État d’Amérique latine.