ilyessuti / Pixabay

Au Connecticut, les animaux ont des avocats au tribunal

Depuis l’an dernier, ils peuvent être défendus dans les cas de maltraitance.

Plus de justice pour les animaux au Connecticut. Depuis l’an dernier, cet Etat du nord-est des Etats-Unis est le premier du pays où ils peuvent être défendus au tribunal en tant que personne morale par un avocat.

18% de condamnations sur 3.500 cas de violence en 10 ans

«C’est vraiment une loi révolutionnaire. Pour obtenir justice, une troisième voix est nécessaire», a déclaré au New York Times David Rosengard, avocat de l’Animal Legal Defence Fund, un organisme qui a soutenu la loi.

Elle a été adoptée sous l’impulsion de la Desmond’s Army, une association de défenseurs des animaux ayant pris le nom d’un chien maltraité et finalement tué en 2012 par son maître, qui n’a été condamné qu’à suivre un programme de réhabilitation.

Les animaux ont donc désormais droit à un véritable défenseur pour tous les cas de maltraitance, cruauté et négligence. Leurs avocats, souvent des étudiants en droit, voient leur rôle comme un soutien des procureurs déjà surchargés d’affaires ou qui considèrent les crimes contre les animaux moins prioritaires.

En effet, sur les 3.500 cas de violence envers des animaux recensés en dix ans au Connecticut, seuls 18% ont vu leurs auteurs condamnés, contre 47% d’absence de condamnation.

«Il s’agit d’arrêter le cycle de la violence»

Les avocats des animaux estiment également que la violence contre les animaux est souvent liée à la violence envers les humains, pouvant être un précurseur à des crimes plus graves.

«Ce n’est pas seulement pour les animaux. Il s’agit d’arrêter le cycle de la violence, qui commence généralement par des animaux. Ils vivent. Ils respirent. Ils ressentent», souligne Christine Kiernan, de la Desmond’s Army, qui espère que cette loi finira par être adoptée à l’échelle du pays.

Corentin Chauvel
Journaliste professionnel et généraliste, j’ai travaillé pour l'édition Brésil du Petitjournal.com, 20 Minutes, Radio France, Le Monde, EuroNews et Libération.