skeeze / Pixabay

Monsanto s’attaque à des scientifiques dénonçant le dicamba

Les méfaits du pesticide sont prouvés par de nombreux agriculteurs.

Alors que la tension monte aux Etats-Unis autour du dicamba, avec des plaintes de nombreux agriculteurs qui ont vu leurs récoltes perdues en raison du pesticide, Monsanto poursuit son attaque contre des scientifiques lanceurs d’alerte.

Les agriculteurs sensibilisés

Le dicamba ne peut être utilisé que sur les plants de soja et coton génétiquement modifiés par Monsanto sous peine de tout détruire sur son passage. Malgré une nouvelle formule réduisant sa volatilité, il s’est tout de même répandu sur plus de 1,2 million d’hectares de plants vulnérables à l’herbicide à travers plusieurs Etats américains. La multinationale estime que les agriculteurs fautifs ont tout simplement mal utilisé leur produit.

L’un des Etats les plus touchés, l’Arkansas, s’oriente vers une interdiction du dicamba à partir de l’an prochain. Une décision attaquée en justice par Monsanto, qui s’est également mis à harceler les scientifiques dénonçant son produit, tel Kevin Bradley, de l’Université du Missouri. «Cela a sensibilisé un plus grand nombre d’agriculteurs à ce que nous faisons, c’est-à-dire à une recherche impartiale», se félicite malgré tout le chercheur, interrogé par NPR.

Corentin Chauvel

Journaliste professionnel et généraliste, j’ai travaillé pour Bom Dia Brésil, Lepetitjournal.com Brésil, 20 Minutes, Radio France, Le Monde, EuroNews et Libération.