L’UE établit de nouvelles règles contre les objets en plastique à usage unique

La Commission européenne entend réduire les déchets marins.

Antranias / Pixabay

L’Union européenne avance dans sa lutte contre le plastique. La Commission européenne a dévoilé lundi une nouvelle directive afin de réduire les déchets marins en interdisant une série d’objets en plastique à usage unique.

Les dix produits visés sont ceux qui sont les plus présents sur les plages et dans les fonds marins européens, représentant 70% des déchets marins. Une interdiction pure et simple – à partir du moment où ils sont fabriqués en matériaux non durables – concernera bâtonnets de coton-tige, couverts, assiettes, pailles, bâtonnets mélangeurs pour boissons et tiges pour ballons en plastique.

Les fabricants mis à contribution

Les Etats-membres seront également invités à réduire l’utilisation des récipients alimentaires et gobelets pour boissons en plastique, mettre en place des actions de sensibilisation et «devront atteindre un objectif de collecte de 90% pour les bouteilles pour boissons à usage unique en plastique d’ici à 2025», indique la Commission européenne dans un communiqué.

Mais les fabricants aussi seront responsabilisés avec l’incitation à trouver des solutions de remplacement moins polluantes, un étiquetage clair (mode d’élimination, effets néfastes…) et la prise en charge d’«une partie des frais de gestion et de nettoyage des déchets et des coûts liés aux mesures de sensibilisation concernant les récipients pour aliments, les sachets et emballages (par exemple pour les chips et les sucreries), les récipients et gobelets pour boissons, les produits du tabac avec filtres (tels que les mégots de cigarettes), les lingettes humides, les ballons et les sacs en plastique légers».

Prochaine étape: les micro-plastiques

L’Union européenne ne s’arrêtera pas là puisque la prochaine étape ciblera les micro-plastiques et les plastiques dits oxydégradables. La Commission européenne «s’attaquera à ce type de pollution grâce à des méthodes normalisées pour mesurer les quantités de micro-plastiques émises, à l’amélioration de l’étiquetage, à l’adoption éventuelle de mesures réglementaires et à la récupération accrue de ces déchets par le traitement des eaux usées», énonce-t-elle.

La directive sur les objets en plastique à usage unique doit maintenant être soumise au Parlement européen puis au Conseil de l’Europe où chaque Etat-membre apportera son vote, sachant que la France, notamment, a déjà bien avancé sur le sujet. Les associations de défense de l’environnement, telles que Zero Waste France, se sont félicitées de ce «signal fort envoyé par Bruxelles».

Corentin Chauvel

Article écrit par Corentin Chauvel

Journaliste professionnel et généraliste, il a travaillé pour Le Monde, Radio France, Libération, 20 Minutes et EuroNews. Il est aussi co-fondateur de Bom Dia Brésil, magazine spécialisé sur le plus grand État d’Amérique latine.