Le plastique biodégradable de Tipa emballe toujours plus de monde

La start-up israélienne a levé plus de 9 millions d’euros au début du mois.

Tipa / Facebook

Un vent d’espoir souffle sur le secteur des emballages. La jeune start-up israélienne Tipa, qui a créé du plastique biodégradable pour l’industrie alimentaire et de la mode, a levé au début du mois plus de 9 millions d’euros.

Biodégradable en 180 jours en conditions de compostage

Les généreux investisseurs sont le couple américain formé par Austin et Gabriela Hearst, le premier à la tête d’un groupe de médias et la seconde d’une griffe de mode qui porte son nom. Tout comme Stella McCartney, qui fait déjà appel à Tipa, Gabriela Hearst ne va plus se servir que du plastique de la start-up pour emballer ses vêtements.

Stella McCartney et Daphna Nissenbaum, la fondatrice de Tipa (Tipa / Facebook)

Au contraire du plastique classique, la matière de Tipa, qui a déjà remporté plusieurs prix d’innovation, est biodégradable dans la nature en seulement 180 jours lorsqu’il est composté. Si ses emballages sont jetés dans les déchets commun, «tout comme les autres matières organiques (fruits, légumes, etc.), nos films se dégradent beaucoup plus lentement dans un site d’enfouissement que dans un composteur, mais contrairement au plastique ordinaire qui restera là pendant des centaines d’années, les films de Tipa se décomposeront en quelques années tout au plus, a expliqué Merav Koren, chargée du marketing de la start-up, au site AGFunderNews.

Toutes les propriétés du plastique standard

Selon Tipa, son bioplastique imite les propriétés du plastique standard en termes de résistance, de durée de conservation et de durabilité, de transparence, d’étanchéité, d’imprimabilité, de flexibilité et d’applicabilité.

Tipa / Facebook

Avec ce nouvel investissement, la start-up entend s’étendre à l’international pour vendre sa matière au-delà de la France, du Royaume-Uni, des Pays-Bas et des Etats-Unis.

Article écrit par Corentin Chauvel

Corentin Chauvel

Journaliste professionnel et généraliste, j’ai travaillé pour Bom Dia Brésil, Lepetitjournal.com Brésil, 20 Minutes, Radio France, Le Monde, EuroNews et Libération.

Back to Top