Injecter du soufre dans l’atmosphère, une proposition pour rafraîchir la planète

Elle serait plutôt efficace, mais coûterait très cher et aurait également des effets néfastes.

skeeze / Pixabay

Et si, pour lutter contre le réchauffement climatique, on tentait, non pas de réduire nos émissions de gaz à effet de serre, mais directement de modifier la météo en la rendant plus fraîche? C’est là tout l’objectif de l’injection de soufre dans l’atmosphère dont le projet, imaginé par le prix Nobel de chimie Paul Crutzen en 1995, refait surface ce mois-ci dans une étude.

L’effet d’une éruption volcanique

Publiée par Science, elle fait le point sur cette idée folle, mais pas complètement sotte. Les deux auteurs indiquent que le temps presse si le monde veut remplir les objectifs de la dernière COP 21 et éviter un réchauffement climatique au-delà de 2 degrés d’ici la fin du siècle. Ils estiment alors qu’une des solutions les plus rapides serait celle de Paul Crutzen.

Les scientifiques ont remarqué que les éruptions volcaniques, qui renvoient du dioxyde de soufre (SO2) dans les airs, provoquent dans la foulée un rafraîchissement du climat local. L’idée serait ainsi de réaliser la même opération à l’aide d’avions qui enverraient du souffre dans l’atmosphère. Sauf que cette technologie n’existe pas encore et qu’il ne faudrait pas moins de 6.700 vols par jour pour un coût de 17 milliards d’euros par an – durant 160 ans si l’expérience débute en 2040.

Des effets secondaires dramatiques

Autres problèmes de taille pointés du doigt par les chercheurs, l’injection de soufre dans l’atmosphère affecterait la couche d’ozone, qui nous protège des rayons ultraviolet, réduirait les moussons – importantes pour certaines régions, et rafraîchirait certes l’air, mais pas les océans, qui continueront à se réchauffer et à s’acidifier.

Ainsi, les deux auteurs de l’étude suggèrent que l’injection de soufre, si elle est mise au point un jour, soit seulement utilisée en tant que complément de lutte contre le réchauffement climatique et non en tant que technologie exclusive.

Corentin Chauvel

Article écrit par Corentin Chauvel

Journaliste professionnel et généraliste, il a travaillé pour Le Monde, Radio France, Libération, 20 Minutes et EuroNews. Il est aussi co-fondateur de Bom Dia Brésil, magazine spécialisé sur le plus grand État d’Amérique latine.