Il reste plus de forêts primaires en Europe qu’on ne le croyait

Une carte inédite a pu être établie par une équipe de chercheurs internationale.

Hans / Pixabay

S’il ne reste plus beaucoup de forêts primaires en Europe, il en subsiste plus qu’on ne le croyait, selon une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’université Humboldt de Berlin et publiée la semaine dernière dans Diversity & Distributions. Ils en ont établi la première carte des dernières forêts primaires d’Europe.

«Elles fournissent des valeurs écologiques exceptionnellement uniques»

Celle-ci montre les 1,3 millions d’hectares de forêt primaire subsistant dans 34 pays européens, se basant sur les données fournies par des centaines d’experts forestiers de tout le continent.

Esri/Here/Garmin

«Ce que nous avons montré dans cette étude est que, même si la superficie totale de la forêt n’est pas grande en Europe, il y a beaucoup plus de forêts vierges ou primaires que ce que l’on pensait auparavant et elles sont largement réparties dans de nombreuses régions d’Europe. Et là où elles sont présentes, elles fournissent des valeurs écologiques exceptionnellement uniques et un habitat pour la biodiversité», a déclaré Bill Keeton, l’un des auteurs américains de l’étude.

Des forêts situées dans des zones reculées

L’un de ses collègues, Francesco Maria Sabatini, précise néanmoins qu’il y a peu de chances que l’homme n’y ait mis les pieds, mais ces espaces montrent qu’il n’y a eu aucune trace visible d’activité humaine. Evidemment, ils sont très rares, situés dans des zones reculées – 89% dans des zones protégées, montagneuses pour la plupart, et fragmentés en petites parcelles, mais pouvoir les identifier va permettre de mieux les préserver ainsi que la biodiversité qu’ils contiennent.

Corentin Chauvel

Article écrit par Corentin Chauvel

Journaliste professionnel et généraliste, j’ai travaillé pour Bom Dia Brésil, Lepetitjournal.com Brésil, 20 Minutes, Radio France, Le Monde, EuroNews et Libération.