Devenir vegan unique solution pour sauver la planète?

Même manger de la viande ou des produits laitiers bio ne suffit pas, selon une étude britannique.

designermikele / Pixabay

Vous voulez sauver la planète? Devenez vegan! C’est ce qu’affirme en substance une nouvelle étude britannique majeure parue dans Science, car même le bio ne suffit pas.

«À l’heure actuelle, il est préférable de changer ce que vous consommez plutôt que d’essayer d’acheter des aliments d’origine animale bio. Les régimes alimentaires végétaliens sont le meilleur moyen de réduire les impacts de l’alimentation», a déclaré vendredi à Newsweek Joseph Poore, de l’université d’Oxford et coauteur de l’étude. «En tant qu’individu, vous pouvez avoir un impact aujourd’hui, pas dans 20, 50 ou 100 ans alors qu’il pourrait être trop tard», a-t-il ajouté.

De 61 à 73% d’émissions de CO2 en moins avec des Américains tous vegans

Rien qu’aux États-Unis, où la consommation de viande par habitant est trois fois supérieure à la moyenne mondiale, les émissions de CO2 issues de l’industrie alimentaire pourraient être réduites de 61% à 73% si les Américains devenaient tous vegans. A l’échelle, environ 3,1 milliards d’hectares, soit près des trois quarts des terres agricoles mondiales, pourraient être économisés.

En effet, selon l’étude, seuls 15% de la production de bœuf utilisent environ 950 millions d’hectares à l’échelle mondiale et crée environ 1,3 milliard de tonnes d’équivalent CO2. L’industrie bovine toute entière génère à elle seule 25 000% plus d’émissions de gaz à effet de serre et utilise 11 000% de terres en plus que l’agriculture végétale.

Les méthodes agricoles, même des plantes, doivent être revues

De même, un litre de lait de vache produit deux fois plus d’émissions de CO2 et utilise presque deux fois plus de terres que la même quantité de boisson à base de soja. Néanmoins, les méthodes agricoles des plantes elles-mêmes doivent elles aussi être optimisées avec de nouvelles technologies. Les chercheurs démontrent par exemple qu’une tasse de café peut créer autant d’émissions de CO2 que 1,3 kilo en fonction de sa méthode de production. De même que certains types de riz qui émettent 500% de CO2 en plus que d’autres à plus faible impact.

«Deux aliments qui se ressemblent dans un magasin peuvent avoir des impacts très différents sur la planète», a souligné Joseph Poore, avec de conclure: «La production alimentaire crée d’immenses fardeaux environnementaux, mais ceux-ci ne sont pas une conséquence nécessaire de nos besoins, ils peuvent être considérablement réduits en changeant la façon dont nous produisons et ce que nous consommons.»

Corentin Chauvel

Article écrit par Corentin Chauvel

Journaliste professionnel et généraliste, il a travaillé pour Le Monde, Radio France, Libération, 20 Minutes et EuroNews. Il est aussi co-fondateur de Bom Dia Brésil, magazine spécialisé sur le plus grand État d’Amérique latine.