PAF, jus de fruits et légumes bio détox

PAF – Pressé à Froid commercialise des jus de fruits et légumes bio et pressés à froid depuis 2016. Présentation de la marque et rencontre avec sa fondatrice à l’occasion du lancement d’une nouvelle gamme de produits.

En 2016, Mélanie Merenda décide de quitter le monde de la finance pour lancer PAF – Pressé à Froid, une gamme de boissons préparées à partir de fruits et légumes bio pressés.

De quoi proposer des produits sains, bons, peu caloriques et accessibles en un seul geste. Le résultat? Une petite bouteille de 240 ml contenant pas moins de 500 g de fruits et légumes.

Une nouvelle gamme

Après «Détox Fruitée» et «Détox» en 2016 et 2017, la jeune start-up vient de lancer une nouvelle gamme «Ultra Détox», composée de recettes à plus de 75% de légumes. Au total, 8 jus sont donc désormais proposés chez PAF – Pressé à Froid.

Les deux nouveaux viennent de voir le jour en juillet. Ils ont pour noms «Eveil» et «Gratitude». Le premier rassemble concombre, carotte, céleri, betterave, pomme, citron, fenouil, gingembre. Il doit son nom au violet, couleur du «chakra couronne» et du troisième œil.

Le deuxième comprend concombre, épinards, pomme, céleri, citron, écorce de citron et spiruline. «Ce cocktail doit son nom à la couleur verte, symbole de la guérison et de la jeunesse. Elle représente le renouvellement quotidien et la protection» affirme PAF – Pressé à Froid. Mais comment sont réalisés ces jus?

Un processus pour conserver les qualités des matières

Les jus PAF, se sont des fruits et légumes 100% bio et de qualité. Ils sont récoltés à maturité et près du lieu de pressage. L’entreprise l’affirme: tout doit être fait pour éviter l’altération des arômes.

Vient ensuite la mise en bouteille. Celle-ci est réalisée à froid lent, à l’aide d’une presse hydraulique. Pour finir, les jus sont passés à haute pression sans dépasser les 3 degrés. Cette technologie provient du Japon, et elle a un nom: HPP (High Pressure Processing).

Elle est décisive car elle permet aux jus de préserver le goût originel et les vertus nutritives des fruits qui restent crus, même en bouteille. «Cette étape garantie de préserver tous les bienfaits, au contraire de la pasteurisation, et la fraicheur pendant 20 jours» juge l’entreprise.

– Prix de vente conseillé: 5 euros TTC
– Sur internet: www.lesjuspaf.bio (des coffrets sont aussi disponibles)
– En magasins bio: Biocoop, La Vie Claire, Eau Vive et indépendants
– Adresse: 104 Rue Oberkampf, 75011 Paris, France


«L’entrepreuneuriat est une expérience personnelle incroyable»

Mélanie Merenda a décidé de lancer en 2016 dans l’entrepreneuriat avec la création de la start-up PAF. Un parcours presque logique pour cette fille d’antiquaires passée par la finance qui se dit passionnée d’alimentation saine et de développement personnel. Rencontre.

Comment vous est venue l’idée de lancer les jus PAF?

Quand j’ai commencé à m’intéresser à la naturopathie. Expliquer à mes amis l’importance de bien manger ne suffisait pas, le sujet avait même tendance à les ennuyer rapidement. J’ai réalisé que le meilleur moyen de les convaincre c’était de passer par les saveurs, en leur faisant goûter quelque chose de bon, dans tous les sens du terme.

Les jus mettent tout le monde d’accord, ceux qui mangent déjà bien comme ceux qui ont une importante marge de progression. Ils sont une façon pratique et délicieuse pour instaurer des habitudes de consommations pérennes, toujours à portée de main.

Quels sont vos clients?

Littéralement les gens de 7 à 77 ans. Ceux qui commencent à prendre soin d’eux, à s’intéresser à leur santé et à prendre conscience de l’importance de bien manger. Le pouvoir d’achat n’est pas le plus important dans la prise de décision. Car si nos jus ont un coût, l’envie de prendre soin de soi va au-delà d’un simple achat, c’est un investissement sur sa personne, sa santé et donc son avenir.

Certains d’entre eux achètent aussi nos jus pour leurs enfants parcequ’ils n’arrivent pas à leur faire manger assez de fruits et légumes.

Si nos clients sont majoritairement des femmes aujourd’hui, il y a un vrai travail à faire auprès des hommes, séduits par le côté pratique et savoureux des jus et l’avantage de consommer 6 portions de fruits et légumes par bouteille.

L’alimentation végétale connaît un succès grandissant. Quels conseils donneriez-vous à des jeunes entrepreneurs qui souhaitent se lancer?

C’est une question compliquée car il faut à la fois bien maîtriser son sujet pour pouvoir établir des bases solides, mais ne pas laisser le perfectionnisme nous empêcher d’agir. Il faut se lancer avec beaucoup de sang froid, une fois qu’on a fait un état des lieux clair et réaliste du chemin à parcourir, sans sous-estimer le temps et l’argent qu’un tel projet peut prendre.

Je conseillerais de garder son travail à mi-temps à côté, ou une autre source de revenue le temps de prouver le concept.

Il faut trouver un bon équilibre entre foncer tête baissée et procrastiner indéfiniment. L’important n’est pas l’idée mais l’exécution, c’est primordial. Chaque projet est différent, chaque profil est différent donc mon expérience et mes conseils ne s’appliqueront pas forcément à tout le monde.

Dans tous les cas, que cette aventure soit un succès ou non, l’entrepreuneuriat est une expérience personnelle incroyable.

Est-il aujourd’hui facile de lancer et développer une entreprise en France?

L’entrepreuneuriat n’est jamais un projet facile, que ce soit en France ou dans un autre pays. Ce n’est pas difficile parce que c’est en France, mais parce que l’entrepreuneuriat est un marathon. Nous critiquons la France mais pouvoir bénéficier de 2 ans de chômage quand on quitte son travail permet à beaucoup de startups de voir le jour.