Pourquoi nous avons perturbé une corrida en juillet

Des activitistes du groupe «Vegan Strike» ont perturbé une corrida en juillet lors des Fêtes de San Fermín à Pampelune, en Espagne.

J’ai commencé à militer pour les droits des animaux en 2014 lors d’une manifestation devant le Marineland d’Antibes. Je me disais qu’il n’était pas possible d’aider les animaux, cet événement m’a montré que nous pouvions nous rassembler pour accomplir de grandes choses.

Rejoindre un groupe pour faire des actions

Tout récemment j’ai rejoint Vegan Strike Group, une association créée par Peter Janssen. Notre méthode est simple: perturber une scène de maltraitance animale pour la dénoncer, et lui donner de la visibilité. Nos actions sont retentissantes, ce qui facilite l’attrait des médias. Nous agissons toujours pacifiquement.

Dénoncer les corridas

En juillet, nous avons décidé d’agir pour dénoncer les corridas organisées lors des Fêtes de San Fermín à Pampelune, en Espagne. Vous avez sans doute vu la vidéo de notre action.

>> Voir la vidéo ci-dessous (Mettez à 00:17 si vous ne souhaitez pas voir la mise à mort)

On pourrait croire que tout était très bien organisé de notre côté, mais pour être honnête il suffit parfois d’une seule rencontre, une seule discussion, pour décider de passer à l’action.

Le jeudi 6 juillet, nous avons donc décidé de rentrer dans l’arène. Lors de précédentes actions, des militants de notre groupe avaient déjà été repérés, mais lors des corridas espagnoles, les gens sont tous habillés à peu presque pareil. De plus, il n’y a aucun contrôle. Nous avons donc pris place facilement dans les tribunes de l’arène, l’air de rien.

Prendre place dans le public et attendre

Nous étions trois militants placés à des endroits différents. Moi et Peter devions attendre la mise à mort du taureau pour passer à l’action. Lolita était avec son téléphone, sans rien dire, pour filmer et diffuser ensuite les images sur les réseaux sociaux. Des afficionados n’ont pas vraiment aimé, et ont essayé de l’empêcher.

Puis le spectacle à commencé. C’était très lourd à regarder pour nous, mais il fallait que nous attentions le moment idéal pour passer à l’action: la mise à mort du taureau.

Surgir dans l’arène

Ce moment est arrivé, et voilà, nous avons sauté dans l’arène. Tout s’est passé très vite. Nous voulions prendre la place du taureau et montrer nos slogans.

Lorsque les aficionados ont réalisé ce qui se passait, l’ambiance a commencé à être délétère. Nous nous faisions insulter, huer, menacer de mort. Des objets étaient même lancés des tribunes.

Notre objectif était de courir pour nous rapprocher du taureau, qui venait d’être mis à mort. Evidemment, ce n’était pas simple car tout un tas de personnes nous courraient après pour nous arrêter.

Instinct de survie

Ce qu’on ressent à ce moment là? C’est une sensation bizarre, mais je peux dire que l’instinct de survie est notre moteur.

Alors que je me fais rapidement stopper, Peter a le courage d’approcher le taureau pour se coucher sur lui, lui enlever le poignard planté dans sa tête, et l’«aider à partir».

C’est le moment marquant de notre action, et ce ne fut pas simple pour lui sur le moment. Il était vraiment très ému.

Des fouilles brutales

La vidéo s’arrête, mais pour nous un calvaire commence. Nous avons été emmenés hors de la place – sous les hués de la foule – pour être violemment fouillés. Nous avons reçu des coups lors de cette palpation.

Nous avions les mains derrière le dos, des menottes aux poignets, à genou face à un mur. La tension était extrême. Heureusement, la police a dissuadé certaines personnes de nous lyncher.

Une action réussie

Cette action a été une vraie réussite. Nous avons obtenu ce que nous voulions: de très nombreux médias ont parlé de notre histoire, mettant en lumière l’horreur de la corrida.

Et nous? Nous avons été jugés, et condamnés à une amende de 12€/jour pendant 4 mois. Mais ce n’est pas grave, car ce que nous avons fait est juste.

La corrida est un pratique barbare

Nous sommes de simples militants. La corrida est une pratique ignoble, barbare et sadique, il est inconcevable de laisser continuer cela. Elle est la preuve que nous n’avons pas évolué dans le bon sens.

C’était la 28e fois que nous envahissions une arène. Et tant que ce type d’exploitation continuera, il y a de grandes chances pour que vous continuiez à voir nos vidéos dans le futur…

Article écrit par Joel Cessio

Militant pour les droits des animaux et membre du «Vegan Strike Group».