Les ventes de produits végétariens et végans ont bondi en France

Elles ont connu une hausse de 24% en 2018.

Josefine Stenudd/Flickr

Le marché végétarien et végan poursuit sa marche en avant en France. Pour les moyennes et grandes surfaces, le chiffre d’affaires s’est élevé à 380 millions d’euros en 2018, soit un bond de 24 %, selon les résultats dévoilés mardi par le cabinet d’études Xerfi.

De plus en plus de produits et de visibilité

«La multiplication des scandales alimentaires, la remise en cause des bienfaits supposés du lait et de la viande ou encore la sensibilité accrue au bien-être animal ont de fait poussé les Français à se détourner des produits carnés au profit des protéines végétales», constate Xerfi dans un communiqué cité par Le Télégramme.

Industriels comme distributeurs ont largement contribué à cet engouement. Les premiers en composant des gammes végétariennes et véganes au sein de leur offre et les seconds en leur offrant une place et une visibilité de plus en plus importantes en magasins. L’expansion est telle que Xerfi souligne que cela fragmente encore plus leurs rayons. «C’est dans ce contexte que certaines enseignes, à l’image de Naturalia (groupe Casino), ont opté pour la création de concepts 100% végans (Naturalia Végan)», précise l’institut.

2% de végétariens en France, 0,5% de végans

Pour le cabinet d’études, cet attrait pour les produits d’origine végétale ne veut pas pour autant dire que de plus en plus de Français deviennent végétariens ou végans, le flexitarisme semblant plutôt remporter l’adhésion. Il n’y aurait que 1,3 million de végétariens et 340.000 végans en France, contre 23 millions de flexitariens, soit un tiers de la population, selon Xerfi.

Par ailleurs, si la dynamique du marché végétarien et végan français est «lourde» et devrait se poursuivre ces trois prochaines années – à hauteur de +17% en moyenne par an jusqu’en 2021 avec un chiffre d’affaires de 600 millions d’euros -, le cabinet d’études estime qu’il s’agit d’un «effet de mode» et prévoit un ralentissement du marché après 2021.

Corentin Chauvel

Article écrit par Corentin Chauvel

Journaliste professionnel et généraliste, il a travaillé pour Le Monde, Radio France, Libération, 20 Minutes et EuroNews. Il est aussi co-fondateur de Bom Dia Brésil, magazine spécialisé sur le plus grand État d’Amérique latine.