«The Last Pig», un film qui interroge notre relation aux animaux

Le film réalisé par Allison Argo est une belle fable philosophique pour nous interroger sur notre relation aux animaux.

Disponible depuis l’année dernière, «The Last Pig», le documentaire du réalisateur Allison Argo, se diffuse peu à peu par bouche-à-oreille et de nombreuses projections publiques.

Une bonne nouvelle pour ce petit film de 53 minutes qui a vu le jour grâce à une campagne de crowfunding sur Internet.

>> Voir la bande-annonce ci-dessous

De quoi ça parle?

Le témoignage retrace l’histoire de Bob Comis, un petit éleveur de cochons américain tourmenté sur le bien-fondé de son métier. Peut-il réellement envoyer des êtres vivants à l’abattoir?

Ce que nous en avons pensé

Précisons-le d’emblée, «The Last Pig» est un film grand public. Le but du réalisateur Allison Argo n’a jamais été de produire un documentaire militant, mais plutôt de proposer une fable philosophique, qui poussera le spectateur à s’interroger sur son attitude envers les animaux. Peu d’images prisent dans des abattoirs sont dévoilées. Ici, les cochons jouent, se baladent, dorment, vivent heureux.

Dans une interview réalisée par la blogueuse Kimberly Wilson, le réalisateur a tenu à préciser qu’il avait souhaité montrer l’humanité de Bob, l’éleveur, et de pousser le spectateur à vivre et comprendre ses tourments vis à vis des animaux.

Alors, «The Last Pig» est-il à voir? Oui, car il aborde la question animale avec une réelle douceur, éliminant des images violentes de souffrances animales qui pourraient repousser. Il se présente comme une bonne introduction pour celles et ceux qui s’interrogent sur leur consommation de viande.

Qui est Bob Comis, l’éleveur du film?

Adolescent, Bob n’avait pas conscience de la souffrance des animaux. En visionnant des vidéos chocs réalisées par des militants de la cause animale, il découvrit l’envers de l’élevage industriel et devint végétalien. Il ne le resta pas. Il pensait notamment être capable de devenir fermer lui-même et garantir le bien-être de ses animaux.

Durant dix ans, il élèvera des cochons qu’il conduira chaque semaine à l’abattoir. Vint un jour où il décida de transformer son établissement en ferme maraîchère: «Pourquoi est-ce que je mange des cochons alors je ne mangerais pas mon chien?», «Pourquoi mon chien dort-il dans mon lit alors que j’emmène d’autres animaux à l’abattoir?» s’interroge l’éleveur dans le film.

Aujourd’hui, Bob n’élève plus d’animal. Il a sauvé huit cochons de son élevage, qu’il a envoyé dans des sanctuaires. Il est devenu végétarien, puis vegan, en 2015.

Clarisse Lejeune

Article écrit par Clarisse Lejeune

Étudiante en Lettres Modernes Appliquées, j'ai choisi d'effectuer un stage chez Vegemag afin de mettre mes compétences au service de valeurs qui me sont chères.