Les cirques remontés contre Nicolas Hulot et les défenseurs des animaux

Le ministre de la Transition écologique avait déclaré qu’il n’était pas favorable aux spectacles impliquant des animaux.

Ana Gremard / Flickr

Les cirques français en colère. Réunis dans un collectif, ils ont demandé à rencontrer le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, un mois après que ce dernier a déclaré qu’il n’est «pas favorable à la captivité des animaux, pas favorable à l’idée qu’on fasse du spectacle avec cette activité-là».

Souhait d’une commission interministérielle sur les cirques

«Nous espérons vivement que Nicolas Hulot accepte de nous écouter», a déclaré leur avocat, Cyrille Emery, cité par Le Figaro, réclamant la création d’une commission interministérielle dédiée à leur activité.

Dénonçant les pressions sur les mairies des «groupuscules animalistes» et leurs «discours extrêmes et délirants», les 250 structures du collectif «en ont assez des injures et des mensonges déversés sur eux par des gens qui n’ont jamais mis un pied dans un cirque».

«Nous avons appris à respecter les animaux»

«Les gens qui nous dénigrent prétendent connaître les animaux, c’est faux. Nous vivons avec eux depuis qu’ils sont nés, nous avons appris à les respecter, à les éduquer et nous transmettons cela à nos enfants», a renchéri Solovich Dumas, directeur du cirque de Rome.

«Aujourd’hui, elles (les associations, ndr) s’en prennent aux cirques, demain probablement aux animaleries puis aux zoos, un jour ce sera la pêche, jusqu’où cela ira-t-il?», s’est interrogé Cyrille Emery.

Corentin Chauvel

Article écrit par Corentin Chauvel

Journaliste professionnel et généraliste, il a travaillé pour Le Monde, Radio France, Libération, 20 Minutes et EuroNews. Il est aussi co-fondateur de Bom Dia Brésil, magazine spécialisé sur le plus grand État d’Amérique latine.