Phoenix, la petite Australienne qui s’occupait d’un refuge

Elle a 6 ans et voue un amour démesuré aux animaux.

Greener Pastures Sanctuary/Facebook

Si vous vous rendez au Greener Pastures Sanctuary de Waroona, dans l’ouest de l’Australie, vous y rencontrerez plein d’animaux, mais surtout la petite Phoenix, 6 ans, véritable gardienne de ce refuge né en même temps qu’elle.

Outre des chiens et des chats, on y trouve un peu de tous les animaux de la ferme: chevaux, vaches, cochons, moutons, chèvres, poules… Tous, plus de 130 au total, ont été sauvés après une vie de maltraitance, d’abandon voire d’un destin les conduisant à l’abattoir.

Une mère assistante vétérinaire

Phoenix n’en laisse aucun de côté, toujours prête à leur donner à manger ou tout simplement leur faire un gros câlin. Avec ses parents, Dave et Rachael Parker, et sa petite sœur Aurora, 3 ans, elle accueille en moyenne quatre nouveaux animaux par mois.

Greener Pastures Sanctuary/Facebook

Rachael Parker était assistante vétérinaire avant de se lancer dans cette grande aventure. «C’était vraiment difficile de voir des animaux arriver, que vous savez que vous pouvez aider, qui n’ont pas besoin d’être euthanasiés. C’est finalement pourquoi je suis partie. Je n’avais pas l’impression de pouvoir faire assez la différence», a-t-elle raconté au West Australian.

«Je pense que je veux sauver les animaux de la ferme»

Elle a commencé en recueillant quelques moutons d’une veuve qui ne pouvait plus s’en occuper afin de leur éviter à eux aussi un funeste destin. «Pourquoi faisons-nous cela à ces animaux alors que nous n’en avons pas besoin? Pourquoi sont-ils traités si injustement, si différents des animaux de compagnie? Je me disais « Je pense que je veux sauver les animaux de la ferme »», poursuit la mère de famille, passée entre-temps de végétarienne à vegan.

Greener Pastures Sanctuary/Facebook

A l’heure actuelle, la famille et ses animaux commencent néanmoins à se sentir à l’étroit sur leurs 40 hectares et espèrent pouvoir toujours compter sur les dons et les visites organisées du refuge pour pouvoir agrandir leur domaine et ne pas avoir à refuser des animaux.

Corentin Chauvel

Article écrit par Corentin Chauvel

Journaliste professionnel et généraliste, il a travaillé pour Le Monde, Radio France, Libération, 20 Minutes et EuroNews. Il est aussi co-fondateur de Bom Dia Brésil, magazine spécialisé sur le plus grand État d’Amérique latine.