Marineland dépose un recours contre le nouvel arrêté sur les delphinariums

La mesure mettant fin à la reproduction des orques et dauphins ne lui convient pas.

Dirk Vorderstraße / Flickr

Alors que le nouvel arrêté sur «les règles de fonctionnement des établissements détenant des cétacés» avait été signé in extremis juste avant le second tour de l’élection présidentielle par l’ex-ministre de l’Environnement, Ségolène Royal, celui-ci est remis en cause par l’un de ces parcs, Marineland, à Antibes (Alpes-Maritimes), qui a déposé un recours devant le Conseil d’Etat ce lundi.

Contre la fin de la reproduction des dauphins et orques

Si certaines mesures comme l’interdiction du traitement de l’eau avec du chlore ou des contacts directs entre les animaux et le public ont bien été prises en compte par Marineland, ce dernier proteste contre la fin de la reproduction de ses espèces, qui conduirait, à terme, à une fermeture définitive du parc d’ici 2040.

Cette mesure provoquerait en outre «une altération des comportements naturels des animaux, des risques pour leur santé et, à long terme, une moindre protection des espèces concernées», selon Marineland, cité par 20 Minutes. Le parc a lancé une pétition il y a deux mois, signée par près de 3.600 personnes.

Written by Corentin Chauvel

Corentin Chauvel

Journaliste professionnel et généraliste, j’ai travaillé pour l'édition Brésil du Petitjournal.com, 20 Minutes, Radio France, Le Monde, EuroNews et Libération. Heureux possesseur d'un chat nommé Zissou.