Les blaireaux, victimes collatérales de l’industrie animale en Grande-Bretagne

Ils sont abattus en masse tous les ans, accusés de transmettre la tuberculose aux bovins.

Jollymama / Pixabay

La saison de la chasse aux blaireaux a commencé au Royaume-Uni. Plus de 33 000 animaux devraient être tués cet automne alors que l’animal est toujours accusé d’être le principal vecteur de la transmission de la tuberculose bovine (TB) dans le pays.

Pourtant, de récentes études ont montré qu’une minorité seulement de blaireaux étaient porteurs du virus et ces quatre dernières années, leur traque n’a rien résolu, près de 31 000 vaches ayant été abattues rien que l’an dernier en raison de la TB, en hausse de 4%, selon le Guardian.

Brian May au secours des blaireaux

Pour mettre fin à cette hécatombe, un vétérinaire britannique, Dick Sibley, s’est lancé dans la fabrication de deux nouveaux tests pour mieux identifier les vaches malades. Il est soutenu en cela par Brian May, le guitariste de Queen, dont la fondation Save me Trust a financé de son côté la vaccination de blaireaux contre la BT.

En effet, selon Dick Sibley, les blaireaux représentent bien un risque de contamination, mais la meilleure solution serait en effet de les vacciner quand cela est possible. Toutefois, il estime également que le virus se transmet d’autant plus facilement dans des élevages où les conditions de vie des animaux sont les plus mauvaises.

Corentin Chauvel

Journaliste professionnel et généraliste, j’ai travaillé pour Bom Dia Brésil, Lepetitjournal.com Brésil, 20 Minutes, Radio France, Le Monde, EuroNews et Libération.

Back to Top