Faut-il parler à son chien comme à un enfant?

Une étude britannique s’est penchée sur le sujet.

B, K and G / Flickr

Si l’on peut parfois paraître un peu idiot à parler à nos animaux de compagnie de manière infantile, cela est pourtant nécessaire pour renforcer les liens avec eux, en particulier les chiens. C’est ce que confirme une étude de chercheurs de l’université de York, publiée cette semaine dans Animal Cognition.

«Ce discours rythmique aigu est commun dans les interactions humaines avec les chiens dans les sociétés occidentales, mais on ne sait pas très bien si cela profite à un chien de la même manière qu’avec un bébé. Nous voulions examiner cette question et voir si le lien social entre les animaux et les humains était influencé par le type et le contenu de la communication», a expliqué Katie Slocombe, du département de psychologie de l’université de York.

Une expérience plus poussée

Une précédente étude montrait que si cette communication était plutôt utile avec les chiots, elle rendait les chiens adultes indifférents. Mais cette fois, les chercheurs ont placé les animaux face à de véritables humains et non à des haut-parleurs. Ils ont ainsi pu vérifier si les cobayes accordaient plus d’attention aux personnes leur parlant de manière infantile et s’ils avaient envie de passer plus de temps avec eux.

Dans un premier temps, les chiens ont été mis en contact avec un humain s’adressant à eux de cette manière, leur disant des phrases comme «Tu es un bon chien» ou encore «Tu veux aller te promener?». Ensuite, une autre personne est entrée dans la pièce et leur a parlé de manière normale, avec un contenu totalement différent comme «j’ai été au cinéma hier».

Puis même expérience en variant à la fois la manière de parler et le contenu du discours, soit une voix infantilisante pour des phrases n’ayant rien à voir avec les chiens suivie d’une voix normale avec un discours spécialement adressé aux animaux.

Les chiens veulent une voix infantile et un discours fait pour eux

Le résultat? «Nous avons constaté que les chiens adultes étaient plus susceptibles de vouloir interagir et passer du temps avec le locuteur qui utilisait une voix infantile avec un contenu lié au chien que ceux qui utilisaient une manière de parler adulte sans contenu lié au chien», a indiqué Alex Benjamin, l’un des chercheurs ayant mené l’étude. «Lorsque nous avons mélangé les deux types de manières de parler et de contenu, les chiens n’ont montré aucune préférence pour un locuteur plutôt qu’un autre, ce qui suggère que les chiens adultes doivent entendre des mots pertinents pour eux prononcés d’une voix infantile pour y accorder de l’intérêt», a-t-il ajouté.

Corentin Chauvel

Article écrit par Corentin Chauvel

Journaliste professionnel et généraliste, j’ai travaillé pour Bom Dia Brésil, Lepetitjournal.com Brésil, 20 Minutes, Radio France, Le Monde, EuroNews et Libération.