Une start-up américaine a produit du poulet sans origine animale

Memphis Meats a réussi la prouesse de créer un filet de poulet à partir de cellules animales cultivées en laboratoire.

Le futur du poulet et de la viande en général ? La start-up américaine Memphis Meats Inc., basée à San Francisco, a annoncé mercredi avoir créé du poulet sans toucher une plume du moindre animal.

Un filet de poulet et du canard à l’orange

La prouesse a été réalisée tout simplement à partir de cellules animales cultivées en laboratoire dans des bioréacteurs. Mardi, ces volaillers d’un nouveau genre, qui avaient déjà conçu artificiellement une boulette de boeuf l’an dernier, ont servi leur filet de poulet ainsi qu’un morceau de canard à l’orange, produit de la même manière, à des testeurs, qui ont affirmé que le goût était presque similaire à l’original et qu’ils en mangeraient de nouveau, a raconté le Wall Street Journal.

Pour Uma Valeti, cofondateur et directeur général de Memphis Meats cité par le quotidien américain, «le poulet est la source de protéines la plus populaire des Etats-Unis» et l’innovation apportée par sa start-up pourrait bien ouvrir un nouveau marché important, celui de la «viande propre». En effet, produire de la viande sans utiliser d’animaux permettrait pour les industriels de réduire considérablement les coûts en nourriture, eau et déchets. Et bien entendu contenter grandement les défenseurs du bien-être animal.

Soutien de PETA

L’association PETA a d’ailleurs d’ores et déjà soutenu ce type d’initiative et même financé des recherches en ce sens, toute viande pouvant être produite de la même manière, comme cela a déjà été le cas avec du boeuf par le passé. Memphis Meats espère pouvoir commencer à commercialiser sa viande du futur à l’horizon 2021. Mais, pour le moment, c’est cher : 8.300 euros les 450 grammes!

Written by Corentin Chauvel

Corentin Chauvel

Journaliste professionnel et généraliste, j’ai travaillé pour l'édition Brésil du Petitjournal.com, 20 Minutes, Radio France, Le Monde, EuroNews et Libération. Heureux possesseur d'un chat nommé Zissou.

Présidentielle : la cause animale, un enjeu important pour 80% des Français

Une militante pour PETA à Avignon

Pourquoi j’ai parcouru nue les rues d’Avignon pour les animaux captifs des cirques