Philippe Leroyer / Flickr

Smart Cycle, l’application mobile qui offre une seconde vie aux objets

Le principe : donner ou récupérer des objets gratuitement avant qu’ils ne finissent à la déchetterie.

Rien ne se perd, tel pourrait être le credo de l’application mobile française Smart Cycle, lancée en octobre dernier. Celle-ci consiste en une plate-forme de petites annonces géolocalisées afin que des objets prêts à être jetés ou déjà abandonnés dans la rue puissent trouver preneur, tout cela de manière entièrement gratuite.

Un recyclage collaboratif

Ainsi, si vous voulez donner vous-mêmes un objet que vous alliez jeter ou voyez un objet gisant sur un trottoir avant qu’il ne soit emporté par les éboueurs, il suffit de le photographier, le décrire, le géolocaliser et il sera ensuite proposé à la communauté des alentours. Une fonction recherche existe également pour rechercher des objets dans son voisinage.

Le but final de Smart Cycle est ainsi de non seulement donner une seconde vie aux objets, mais également de désencombrer les rues de manière collaborative. «Si nous connaissions tous les objets laissés autour de chez nous, il y aurait moins de déchets», a expliqué au Figaro son créateur originaire de Marseille, Daniel Vanetti.

Les associations contactées en dernier recours

Et l’application va plus loin puisque si un objet ne trouve pas preneur, des associations comme Emmaüs ou la Croix-Rouge sont contactées pour pouvoir le récupérer, histoire d’ajouter une chance supplémentaire pour qu’il ne termine pas à la déchetterie.

Depuis son lancement, Smart Cycle, qui compte près de 2.000 abonnés, a ainsi sauvé de la destruction plus de 600 objets, d’après Le Figaro. L’application est disponible gratuitement sur Apple et Android.

Corentin Chauvel

Corentin Chauvel

Journaliste professionnel et généraliste, j’ai travaillé pour l'édition Brésil du Petitjournal.com, 20 Minutes, Radio France, Le Monde, EuroNews et Libération.
Abonnez-vous gratuitement!
Recevez nos articles directement dans votre boite email!

Présidentielle 2017: Un choix pas si simple pour les pro-animaux

Pour sauver la planète, le véganisme est une solution