Un refuge pour sauver des animaux destinés à l’abattoir

bambian

C’est en 2014 que Wendy, Nicolas et Sandra ont réalisé leur rêve en créant «La bouche qui rit». Un refuge situé à Martigny (Suisse), dont l’objectif est de sauver des animaux maltraités ou destinés à l’abattoir.

Une façon aussi de sensibiliser le grand public à la condition animale.

>> Cliquez ci-dessous pour voir notre reportage vidéo

Redonner le sourire

«Tout a commencé en 2014. On a vu une annonce proposant deux poulains à vendre. Si personne ne les prenaient, ils finissaient l’abattoir. On ne pouvait pas les laisser tomber. C’est de là qu’est né le refuge» présente Wendy.

«On a opté pour « La bouche qui rit » en pied de nez à la boucherie. On pense aussi qu’on arrive à redonner un peu le sourire aux animaux que nous recueillons. On fait tout pour» assure-t-elle.

animau

Une deuxième chance

Les animaux arrivent généralement au refuge après un signalement, ou l’appel d’une personne en détresse qui ne peut plus garder un animal chez elle. L’équipe est aussi en lien avec un vétérinaire.

Aujourd’hui, la structure compte onze lapins, cinq chevaux, trois poneys, huit chèvres et un âne de 8 ans, Bambi. Son histoire est peu banale.

«Bambi a eu beaucoup de chance. Il était chez une agricultrice qui ne tenait pas vraiment compte du bien être de ses animaux. Elle a voulu s’en débarrasser en l’envoyant à l’abattoir. Finalement, il a refusé de monter dans le van, ce qui lui a laissé une semaine de répit. Des voisines ont supplié l’agricultrice de lui donner une chance. Maintenant il est chez nous, et il semble très reconnaissant.»

bamb

Des activités pour survivre

Le refuge multiplie les événements pour perdurer. Ce sont en effet pas moins de 3000 euros qui sont nécessaires tous les mois pour entretenir les animaux et payer les divers frais de fonctionnement.

«Nous proposons de plus en plus d’événements pour essayer de lever des fonds. C’est essentiel pour notre survie. Nous organisons aussi des activités avec les enfants, par exemple des anniversaires. On se charge des goûters végans, et nous avons mêmes des châteaux gonflables!»

>> La page facebook du refuge « La bouche qui rit« 

Cédric Garrofé

Journaliste et responsable des réseaux sociaux, Fondateur de Vegemag, Professeur au Centre de formation au journalisme et aux médias, Spécialisé en communication politique.