Pamela Anderson : «Ceux qui mangent du foie gras nient la cruauté que ces oiseaux endurent»

pamela

L’actrice Pamela Anderson s’est rendue à l’Assemblée nationale mardi pour soutenir un projet de loi visant à interdire le gavage des oies et des canards. Voici son message aux députés.

Dans de nombreux pays, il semble y avoir au moins une tradition cruelle assimilée à ce que l’on appelle «patrimoine national». Que ce soit la corrida en Espagne, le fait de manger des chiens en Corée, le massacre des dauphins et des baleines au Japon, ou le massacre sanglant et obscène des phoques dans mon propre Canada natal.

Poursuivre le combat de Brigitte Bardot

En 1977, Brigitte Bardot est venue au Canada pour attirer l’attention internationale sur le massacre des bébés phoques. J’avais 10 ans. Son combat m’a beaucoup inspiré. J’ai compris que les animaux ont le droit de vivre librement, sans être maltraités par les humains.

C’est aussi pour poursuivre le combat de cette femme que je suis venue en France exprimer mon opposition à une industrie qui est tout aussi cruelle que le massacre de bébés phoques, celle du foie gras.

Une tradition? Non, une pratique honteuse

En France, cette «tradition culturelle primaire» pousse à l’abattage de quelque 80 millions de canards et d’oies chaque année.

C’est une pratique honteuse. Et en tant que Canadienne, je dois également dire que j’ai beaucoup d’empathie pour les nombreux citoyens français qui rejettent cette pratique.

Certains osent dire que le foie gras est une « délicatesse », un plat traditionnel de la cuisine française. Pourtant, les Égyptiens de l’Antiquité ont été les premiers à gaver les oiseaux pour les engraisser, et ainsi consommer du foie gras. Où est la tradition?

Le foie gras? Une foie malade

Nous devons évoluer au-delà de la barbarie et de l’ignorance. Il faut être honnête. Le foie gras est tout simplement un foie malade. Cela signifie que ces animaux sont obligés de souffrir de douleurs atroces tout au long de leur courte vie.

Ce que nous voyons dans les magasins, ce sont des boîtes stériles, d’un produit emballé, soigné et joli, masquant la réalité de ce qui est vraiment à l’intérieur.

Il faut ouvrir les yeux. Ces animaux n’ont jamais passé un seul jour de bonheur. Alors qu’ils sont nés pour voler, nager, et faire leur nid, ils sont contraints à supporter la misère, de leur naissance à leur mort.

Ne pas nier la réalité

Ceux qui mangent du foie gras nient tout simplement l’âme de ces oiseaux.

Ils nient la cruauté que ces oiseaux sont obligés d’endurer.

Ils ne comprennent pas que ces animaux ont des sentiments, sont des êtres sensibles, sociables et conscients d’être en vie.

Ces animaux sont nés en captivité, sous les lumières industrielles sombres. Ils n’ont jamais connu d’endroit pour nager, n’ont jamais pu déployer leurs ailes.

Au lieu de les laisser en liberté, nous les torturons en leur mettant des tubes en acier dans la gorge, leur causant des infections et des plaies ouvertes. Ils vivent dans de minuscules cages, couchés dans leurs propres excréments et vomissures. Ils rampent infestés par les parasites et les asticots, et entourés par les cadavres d’autres oiseaux que les antibiotiques ont échoué à maintenir en vie.

Tout cela pour élargir grotesquement leurs foies et commercialiser un produit décrit comme un symbole de la cuisine française.

Un produit déjà interdit dans plusieurs pays

Le foie gras a été interdit dans de nombreux pays. En Inde, Israël, Australie, Argentine, Brésil, Grande-Bretagne, Irlande ou encore en Italie. Il est aussi banni en Californie.

Pourquoi? Car les citoyens de ces pays considèrent que le foie gras est un produit cruel, qui n’a pas sa place dans une société civilisée.

L’Article L214-1 du code rural français affirme que «tout animal est un être sensible», et qu’il doit être «placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce».

Comment pouvez-vous continuer une telle pratique barbare, et donc contraire à la loi? Au nom de l’exception culturelle?

L’organisation L214 a soigneusement documenté et dénoncé les horreurs de l’industrie du foie gras. De nombreuses associations à travers le monde condamnent régulièrement la souffrance que cause cette pratique cruelle, et en demandent la fin.

La France doit défendre les animaux

Historiquement, la France est la patrie des droits de l’Homme, de la liberté, de la protection de l’environnement.

La France doit désormais défendre les animaux, et les libérer de leur souffrance.

Je voudrais demander respectueusement à la France d’embrasser ces si belles qualités que sont la compassion, l’empathie et le respect de la vie.

Je voudrais respectueusement appeler à l’abolition d’une industrie qui profite de la terrible souffrance des animaux pour produire un produit qui est toxique pour ceux qui le consomment, mais également toxique pour toute l’humanité.

Nous devons tendre vers un monde qui vit dans l’interdépendance harmonieuse avec les autres espèces.

Nous devons en finir avec toutes les pratiques honteuses de l’homme qui tend vers la cruauté et la mort.

Donc, en mon nom, au nom de Brigitte Bardot, et au nom de tous les défenseurs des animaux, j’appelle les députés français à abolir le gavage, et j’appelle les Français à ne plus manger de foie gras, un luxe cruel qui cause la souffrance et l’agonie de 80 millions d’oiseaux chaque année.

Merci beaucoup.

(Message adressé à l’Assemblée nationale, le 19 janvier 2016 // Pamela Anderson Foundation)

Article écrit par Pamela Anderson

Actrice américaine, ardente avocate des animaux.