Des militants de la cause animale réunis à Paris pour contrer le « Village Made in viande »

militant

Des militants des droits des animaux se sont retrouvés samedi en début d’après-midi à Paris, aux abords du « Village Made in viande » pour dénoncer la consommation de viande.

La rédaction de Vegemag était sur place. Cliquez ci-dessous pour lire le diaporama sonore.
N’hésitez pas à mettre la vidéo en 720 pour une qualité optimale (icône en bas à droite).

« La viande ce n’est pas festif »

« On est là pour dénoncer la cruauté que représente la viande. Les gens oublient les animaux, et les conditions dans lesquelles ils ont été élevés et tués quand ils en mangent. Le village  » Made in viande  » fait la promotion de la viande, comme si c’était festif. Nous avons décidé de nous mobiliser pour rappeler que ce n’est pas le cas. C’est horrible ce qui se passe dans les élevages et les abattoirs » réagit Alexandra Blanc de l’association 269 Life, à l’origine du happening.

« Les passants sont parfois choqués par notre action car ils n’ont pas l’habitude de voir cela. Dans les publicités en faveur de la viande, on voit toujours des animaux heureux alors que cela ne représente pas du tout la réalité. Alors c’est vrai que cela peut surprendre » enchaîne-t-elle.

Le « Village Made in viande » veut séduire les enfants

Si les militants se sont mobilisés ce samedi, c’est surtout pour contrer le « Village Made in viande », qui se tenait à une centaine de mètres à peine du happening. Un lieu d’échange entre les professionnels de la viande et le public, avec des animations, des « grillades-party » et des jeux pour les enfants. De nombreux cadeaux étaient d’ailleurs à gagner pour ces derniers.

enfants1

enfants2

Pour Hélène, militante des droits des animaux, l’opération « Village Made in viande » démontre surtout que le végétarisme prend de l’ampleur en France.

« Ce type d’événement n’existait pas avant. Je pense qu’ils voient que les choses tournent. Il y a de plus en plus de restaurants végétariens et végétaliens dans notre pays. Evidemment, ils tiennent à leur métier, mais au cours de l’histoire de nombreux métiers ont disparu. Je comprends qu’ils organisent cela, mais cela démontre surtout qu’ils sont inquiets » réagit-elle.

enfant3

enfant4

Cédric Garrofé

Article écrit par Cédric Garrofé

Journaliste professionnel et fondateur de Vegemag, il s'intéresse à la cause animale depuis près de 15 ans. Il a remporté le Prix Suva des Médias en 2018 et un Online Journalism Awards en 2017 avec la rédaction du journal Le Temps.