Dirk Vorderstraße / Flickr

Le sort des delphinariums français toujours en suspens

L’arrêté sur «les règles de fonctionnement des établissements détenant des cétacés» n’a toujours pas été publié, après une intervention de dernière minute de la ministre de l’Environnement, Ségolène Royal.

Le sort des delphinariums en France sera-t-il connu avant la fin du quinquennat de François Hollande? Rien n’est moins sûr. L’arrêté sur «les règles de fonctionnement des établissements détenant des cétacés», qui devait être publié mardi au Journal Officiel, a été bloqué in extremis par la ministre de l’Environnement, Ségolène Royal, selon Le Parisien.

«Obtenir un arrêté plus ambitieux»

La raison? La nécessité de «refaire un tour de table avec les ONG pour obtenir un arrêté plus ambitieux», d’après l’entourage de la ministre, interrogé par le quotidien. Une décision qui n’est pas forcément mal vue par les associations de défense des animaux.

En effet, l’arrêté qui allait être publié après 20 mois de travail contenait certes des améliorations (fin du contact entre le public et les animaux, interdiction de l’usage du chlore dans l’eau, mise en place de zone d’ombre, augmentation du volume des bassins…), mais il ne décrétait pas non plus la fermeture définitive des quatre delphinariums en activité dans l’Hexagone.

«Si cela signifie la fin des delphinariums, nous sommes pour»

«Nous ne savons pas ce que Ségolène Royal entend par « texte plus ambitieux », mais si cela signifie la fin des delphinariums, nous sommes bien sûr pour», a indiqué à 20 Minutes Florian Sigronde, de la fondation Droit animal, éthique et sciences (LFDA). Ministère, professionnels et ONG s’engagent donc désormais dans une course contre la montre…

Article écrit par Corentin Chauvel

Corentin Chauvel

Journaliste professionnel et généraliste, j’ai travaillé pour Bom Dia Brésil, Lepetitjournal.com Brésil, 20 Minutes, Radio France, Le Monde, EuroNews et Libération.