Gerben van Heijningen / Flickr

Le monde a 10 ans pour limiter le réchauffement climatique

Une équipe internationale de huit chercheurs estime qu’au-delà de ce délai, la planète ne pourra plus se permettre d’émettre plus d’émissions de gaz à effet de serre.

L’horloge tourne pour lutter contre le réchauffement climatique et, selon une étude publiée la semaine dernière par Nature, les 195 pays engagés par l’accord final de la COP21 le maximum des émissions des gaz à effet de serre doit être atteint dans les 10 ans à venir et baisser par la suite s’ils veulent atteindre notamment l’objectif de limiter, d’ici 2100, la hausse de la température mondiale de 1,5°C.

Pour cela, il va falloir prendre des mesures appropriées. Or, l’équipe internationale de huit chercheurs, dont le Français Philippe Ciais, directeur de recherche au Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) et chercheur au Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement (LSCE), estime que l’accord de Paris ne donne que peu d’indications sur la manière d’atteindre ses objectifs et laisse en réalité les protagonistes suivre leur propre agenda.

Une réduction drastique de la consommation de combustibles fossiles nécessaire

C’est ainsi qu’à travers leur étude, ils établissent une feuille de route que les pays pourraient suivre pour arriver à leurs fins. A l’aide de projections des émissions de gaz à effet de serre jusqu’en 2100, les scientifiques déterminent plusieurs scénarios, sachant que les recommandations fondamentales sont une réduction de la consommation mondiale de combustibles fossiles (pétrole, gaz naturel et charbon) à 25% contre 95% à l’heure actuelle couplée avec une réduction de la déforestation et une hausse de l’usage des énergies renouvelables (solaire, éolienne, bioénergie…).

Malheureusement, même avec une croissance de 5% par an de l’usage de ces dernières, la température connaîtrait une augmentation de 2,5°C. Aux 195 pays de prendre (vraiment) les choses en main.

Corentin Chauvel

Journaliste professionnel et généraliste, j’ai travaillé pour Bom Dia Brésil, Lepetitjournal.com Brésil, 20 Minutes, Radio France, Le Monde, EuroNews et Libération.