Naissance du «Green condom», un préservatif végan

Une ingénieure chimiste lance une gamme de préservatifs convenant aux végans.

On pense souvent que les préservatifs sont fabriqués à 100% en latex, une matière végétale. Ce serait pourtant oublier la présence de caséine, une protéine issue du lait dont l’objectif est de rendre le produit plus souple.

Quelques marques pour les vegans existent, dont une nouvelle depuis le 21 mai: «Green Condom Club», lancée par une jeune ingénieure chimiste suisse, Gabrielle Lods.

Des produits vegans

«J’ai commencé à vendre des couches lavables pour bébé, car je voulais réduire l’impact sur l’environnement. J’ai continué avec des coupes menstruelles pour femmes, puis j’ai voulu créer un produit un peu plus masculin» assure l’entrepreneuse.

Les «Green Condom Club» sont certifiés vegans, non testés sur les animaux, sans caséine, parabènes ni gluten, et ont obtenu la norme CE.

Beaucoup de critiques

En lançant sa marque, Gabrielle Lods se doutait qu’elle ferait fasse à un flot de remarques. Cela n’a pas manqué.

«J’entends de tout. On me dit: « Quoi, des préservatifs vegans? Ça veut dire qu’on peut les manger? Ils sont bio-dégradables? Généralement, j’explique pourquoi un préservatif classique n’est pas 100% végétal. Très peu de personnes savent que ce produit contient de la protéine de lait.»

Des critiques qui se retrouvent en ligne, par exemple dans la zone des commentaires de l’article réalisé par le quotidien 20 Minutes.

Déjà disponibles en ligne, sans frais de livraison, les «Green Condom Club» pourraient arriver dans les pharmacies et les supermarchés prochainement.

Les prix annoncés sont de 4.90 euros les 3 et 12,90 euros les 10.

Article écrit par Julie Perrieux

Journaliste spécialisée en développement durable.