Des nanoparticules retrouvées dans des biscuits et des sucreries

100% des produits testés par 60 millions de consommateurs en contenaient, sans que cela ne soit indiqué sur l’emballage.

julienroux69 / Pixabay

Un nouveau mensonge de l’industrie agro-alimentaire révélé? Alors que la France a émis récemment un arrêté rendant obligatoire l’étiquetage pour les produits alimentaires contenant des nanoparticules, ces dernières sont bien présentes dans nos assiettes et cela de manière cachée, selon une enquête de 60 millions de consommateurs publiée ce jeudi.

Du dioxyde de titane dans tous les aliments testés

Le magazine a choisi de tester 18 produits sucrés. «Notre choix s’est porté sur des bonbons, des gâteaux et des desserts glacés particulièrement appréciés des enfants et susceptibles de contenir du dioxyde de titane (le colorant E171) sous forme nanoparticulaire», précise-t-il.

Le résultat est sans appel: 100% des aliments testés contiennent du dioxyde de titane et aucun d’eux ne le mentionne sur son emballage. Pire, la moitié des fabricants de ces produits ayant répondu à 60 millions de consommateurs ont nié utiliser des nanoparticules.

Parmi les produits testés, on retrouve des biscuits Napolitain de Lu, des gâteaux glacés Monoprix Gourmet, et aussi des M&M’s.

Des conséquences encore inconnues

Le magazine rappelle que ces dernières «aident à modifier la couleur, l’odeur, la fluidité ou encore la texture» des aliments. «Ainsi, le dioxyde de titane sous forme nano optimise l’aspect blanchissant de ce colorant pour les glaçages et enrobages de produits sucrés; il aide aussi à empêcher l’oxygène et l’humidité d’altérer le produit», ajoute-t-il.

Les conséquences des nanoparticules chez l’homme ne sont cependant pas encore connues, mais la prudence est de mise, notamment concernant le dioxyde de titane. En effet, une récente étude a mis en évidence «des effets qui n’avaient pas été identifiés auparavant, notamment les potentiels effets promoteurs de la cancérogenèse du E171», selon l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses).

Corentin Chauvel

Article écrit par Corentin Chauvel

Journaliste professionnel et généraliste, j’ai travaillé pour Bom Dia Brésil, Lepetitjournal.com Brésil, 20 Minutes, Radio France, Le Monde, EuroNews et Libération.