L’Europe dit (encore) non aux cosmétiques testés sur les animaux

Expérimentation animale

Expérimentation animale

Encore une fois, c’est non. La Cour de justice de l’Union européenne a confirmé la semaine dernière son refus des cosmétiques testés sur les animaux en Europe, même si les expérimentations animales ont été effectuées hors de l’Union.

Une précision importante car des expérimentations sur les animaux étaient requises pour que ces produits puissent être vendus en Chine et au Japon. Et si les entreprises souhaitaient vendre ces produits en Europe.

«Un message fort»

«Cet arrêt de la cour de justice européenne est un nouveau message fort envoyé à l’industrie pharmaceutique et cosmétique pour un comportement et une science plus éthiques» a réagi Pascal Durand, vice-président EELV du groupe parlementaire sur la condition animale.

«L’expérimentation animale pour les cosmétiques est une pratique à juste titre interdite en Europe, et la Cour a rappelé qu’il n’était pas question de s’exonérer des règles en faisant fabriquer à l’étranger ou en faisant importer des produits qui ne respectent pas ces principes. Il s’agit en Europe d’étendre clairement cette législation aux ingrédients cosmétiques ayant des usages dans des secteurs non-cosmétiques et répondre ainsi aux attentes des consommateurs européens» a-t-il ajouté.

Les méthodes alternatives privilégiées

Cet arrêt veille au bien-être des animaux via l’interdiction des expérimentations animales et entend favoriser l’utilisation de «méthodes alternatives ne recourant pas à l’animal pour assurer la sécurité des produits cosmétiques», assure la Cour de justice de l’UE.

Les consommateurs préoccupés la cause animale

Une étude réalisée auprès de 1 000 personnes dévoilait que la mention «non testé sur les animaux» est l’argument numéro un pour les acheteurs de produits de beauté, selon Le Monde. Par ailleurs, 43 % des participants se disaient prêts à dépenser plus d’argent pour des produits non testés sur les animaux.

Written by Julie Perrieux

Julie Perrieux

Journaliste spécialisée en développement durable.

La fusion Bayer-Monsanto indigne des grands chefs

SuperMeat, la startup qui veut créer de la viande sans tuer d’animaux