• in

    Bruxelles met fin aux balades en poney

    Après Gand, Anvers, Bredene, Louvain ou encore Waterloo, la région de Bruxelles a décidé à son tour de mettre fin à l’exploitation des poneys de foire. Dès le 1er janvier 2019, les balades à dos de poney pour les enfants seront donc interdites dans l’agglomération de la capitale belge.

    Des conflits parfois physiques

    «J’ai reçu plusieurs plaintes de citoyens et d’organisations de défense des animaux évoquant des conditions totalement irrespectueuses réservées aux poneys de foire», a indiqué la secrétaire d’État belge au Bien-être animal, Bianca Debaets, citée par la RTBF. «Il est bien entendu important que les enfants puissent entrer en contact avec les animaux, mais il existe des endroits plus appropriés pour ce faire. Je pense par exemple aux fermes pédagogiques», a-t-elle ajouté.

    Les manèges à poneys belges sont de plus en plus la cible des défenseurs des animaux, aboutissant parfois à des conflits physiques, comme il y a quelques jours à Namur, où un groupe de visiteurs d’une foire ayant fait une remarque sur le piteux état des animaux d’un manège a été violemment pris à partie par des forains. Ces derniers dénoncent un «acharnement» à leur encontre.

  • in ,

    Jusqu’à 55 degrés en France l’été d’ici la fin du siècle

    Préparez-vous à toujours plus d’été caniculaires en France. Une nouvelle étude parue cette semaine dans les Environmental Research Letters prévoit que l’Hexagone connaîtra des pics jusqu’à 55°C lors de la période estivale d’ici la fin du siècle actuel.

    En raison du réchauffement climatique, les derniers records de températures – 42 degrés – seront ainsi battus de 6 degrés dans l’ouest de la France à 13 degrés dans l’Est. Le sud-est de la France sera la région la plus touchée avec de sérieuses périodes de sécheresse à attendre, selon les chercheurs français.

    «De sérieuses conséquences pour la santé humaine»

    «Les vagues de chaleur pourraient aussi avoir un fort impact sur les températures nocturnes, avec de sérieuses conséquences pour la santé humaine», indiquent les auteurs de l’étude, cités par Le Monde, qui ont néanmoins appliqué ici un scénario du pire.

    Aux signataires de l’Accord de Paris de tout mettre en œuvre pour le respecter, et ce au plus vite, car «c’est du niveau des émissions mondiales de gaz à effet de serre dans les deux décennies à venir que va dépendre le climat de la fin du siècle».

  • in ,

    La Terre envahie par le plastique

    «Un monde sans plastique semble inimaginable aujourd’hui». Trois chercheurs américains ont publié mercredi dans Science Advances une vaste étude sur le plastique et son devenir une fois jeté, montrant combien la matière a envahi la planète en étant très peu recyclée.

    Les premiers chiffres donnés par les scientifiques donnent le tournis: 8,3 milliards de tonnes de plastique produites depuis son utilisation massive dans les années 1950 – 380 millions en 2015 contre 2 millions en 1950 – pour 6,3 milliards de tonnes de déchets comptabilisées en 2015.

    9% seulement du plastique produit a été recyclé

    Parmi ces derniers, 12% ont été incinérés, 79% s’amassent dans des décharges ou dans la nature, et seulement 9% ont été recyclés. D’ici 2050, les chercheurs tablent sur 12 milliards de tonnes de déchets dans les décharges ou dans la nature.

    Si en 1960, 1% des déchets trouvés dans les décharges municipales étaient en plastique, le pourcentage atteignait 10% en 2005. Et le principal problème est que la plupart des matières plastiques ne sont pas biodégradables. Leur destruction n’est possible que par l’incinération, dont les émissions sont nocives pour l’environnement comme pour la santé des populations alentours.

    L’Europe, championne mondiale du recyclage

    Les taux d’incinération et de recyclage, s’ils sont en progrès avec les années, restent encore bas, entre 18 et 24%. Concernant le recyclage, les scientifiques notent que les premiers recycleurs de plastique au monde en 2014 étaient les Européens (taux de recyclage de 30%), devant les Chinois (25%) et les Américains (9%). Même podium pour l’incinération: 40% pour l’Europe, 30% pour la Chine et 16% pour les Etats-Unis (dont le taux a baissé depuis 20 ans au profit du recyclage).

    C’est ainsi qu’une partie continue de s’entasser dans les décharges quand le reste termine dans la nature et notamment les océans, qui en accueillaient 4 à 12 millions de tonnes en 2010, contaminant la biodiversité.

  • in

    Le Vietnam ordonne la libération de 1.000 ours exploités pour leur bile

    Décision historique du gouvernement vietnamien cette semaine qui a ordonné la fermeture de tous les élevages d’ours du pays, a annoncé l’ONG Animals Asia. Près de 1.000 plantigrades y étaient exploités pour leur bile dans des conditions précaires.

    Une loi contournée

    Bien que populaire dans la médecine traditionnelle locale pour soigner les maladies du foie et de la vésicule biliaire, son commerce est pourtant illégal au Vietnam depuis 1992. Ainsi, les éleveurs contournaient la loi en prétextant que les ours étaient des animaux de compagnie, ce qui est autorisé dans le pays.

    «Cet accord montre que le Vietnam reconnaît que l’exploitation d’ours pour leur bile porte atteinte aux populations sauvages. En signant ce moratoire, (le gouvernement) a montré qu’il prend au sérieux la conservation des ours sauvages restants dans le pays et la protection de l’héritage des générations futures», a déclaré le responsable de Animas Asia Vietnam, Tuan Bendixsen, dans un communiqué.

    Une nouvelle vie dans des sanctuaires

    Tous les ours libérés vont être transférés dans des sanctuaires du pays. En 2005, le nombre d’animaux en captivité au Vietnam avait atteint un pic de 4.000 alors que les populations sauvages ne cessaient de décliner.

  • in

    Le gouvernement rend public des listes de pesticides susceptibles de contenir des perturbateurs endocriniens

    Bien décidé à montrer qu’il n’a pas baissé la garde face à la Commission européenne en acceptant sa définition des perturbateurs endocriniens, le gouvernement a rendu public la semaine dernière les listes de produits pesticides en vente libre susceptibles d’en contenir afin de prévenir les consommateurs.

    >> Voir les deux listes des pesticides incriminés ici et

    Des listes provisoires

    Les perturbateurs endocriniens cités sont ceux issus de la définition de la Commission européenne, mais le gouvernement prévient que les agences sanitaires européennes n’ont pas encore mené leur enquête détaillée. Ainsi, «des substances sont donc susceptibles de ne plus figurer dans cette liste» après leur analyse. «A l’inverse, d’autres substances non identifiées à ce jour peuvent y être intégrées ultérieurement», précise le communiqué commun des ministères de l’Agriculture et de la Transition écologique.

    Ces possibles altérations futures font que les associations de défense des consommateurs trouvent unanimement que ces listes sont non seulement inutiles, mais également trop restreintes.

  • in

    Xanda, le fils de Cecil le lion, tué à son tour par des chasseurs

    Xanda a connu le 7 juillet dernier le même destin que son père, Cecil, dont la mort il y a deux ans avait eu un retentissement mondial. Le lion de six ans a également été tué lors d’une chasse au Zimbabwe.

    «Xanda était l’un de ces magnifiques lions du Kalahari»

    «Xanda était l’un de ces magnifiques lions du Kalahari, avec une crinière touffue, un corps imposant, une belle condition, un animal très adorable», a déclaré au Guardian Andrew Loveridge, l’un des scientifiques britanniques qui le suivaient à l’aide d’une puce électronique. «Personnellement, je pense qu’il est triste que quiconque veuille tuer un lion, mais il y a des gens qui paient pour cela», a-t-il ajouté.

    Xanda a en effet été tué lors d’une chasse organisée par Richard Cook, un chasseur zimbabwéen dont les clients dépensent plusieurs milliers d’euros pour s’offrir des trophées d’animaux sauvages. Le lion se trouvait malheureusement en zone légale de chasse puisque deux kilomètres en dehors du Hwange national park. C’est ainsi que les responsables de la réserve naturelle réclament aux autorités une zone supplémentaire de 5 km aux alentours où la chasse serait interdite, les frontières n’étant pas physiques et les animaux pouvant aller et venir inconsciemment.

    550 lions dans le Hwange national park

    «La population (locale) des lions est assez bonne, mais ce serait probablement mieux si cela ne se produisait pas», a indiqué Andrew Loveridge, qui précise cependant que Richard Cooke était un chasseur «responsable», respectant un certain quota d’animaux pouvant être abattus et les déclarant tous auprès des scientifiques.

    Près de 550 lions vivent actuellement au sein des 1.500 hectares du Hwange national park. Mais la chasse au lion s’est intensifié ces dernières années, atteignant jusqu’à 1.500 félins dans une même année en Afrique alors qu’il ne reste qu’il n’en reste qu’environ 20.000, 90% de l’espèce ayant disparu au cours du siècle dernier.

  • in , ,

    Arnold Schwarzenegger appelle à manger moins de viande

    Arnold Schwarzenegger n’est pas vegan, mais il a confié ces derniers jours sur sa page Facebook avoir nettement diminué sa consommation de viande et appelé ses fans à en faire autant, ne serait-ce que pour l’environnement.

    «Je ne pense pas que je serai un jour vegan»

    «Je ne pense pas que je serai un jour vegan, je pense qu’il faut manger moins de viande, mais pas qu’il ne faut pas en manger», déclare-t-il dans une vidéo. «Je n’ai jamais aussi peu mangé de viande de ma vie, peut-être deux fois par semaine, du poulet et du poisson surtout», ajoute-t-il, précisant adorer les légumes et les salades car «c’est très sain pour le corps».

    >> Voir la vidéo d’Arnold Schwarzenegger postée sur Facebook ci-dessous:

    L’acteur poursuit en expliquant qu’avec l’âge, il est nécessaire de consommer moins de viande, mais c’est aussi une question environnementale, selon lui. «Les élevages produisent 28% des gaz à effet de serre dans le monde, si vous êtes conscients de cela, alors vous devez réduire votre consommation car cette pollution tue 7 millions de personnes par an», estime-t-il.

    «Chacun d’entre nous a le pouvoir de réduire sa consommation de viande»

    Et Arnold Schwarzenegger de conclure: «Chacun d’entre nous a le pouvoir de réduire sa consommation de viande, mais aussi de moins utiliser sa voiture (…) Nous devrions tous travailler ensemble pour réduire notre pollution et tuer moins de gens, c’est un sujet important».

  • in ,

    La France renouvelle le quota annuel d’abattage de 40 loups

    Devant les lourdes pertes connues par les troupeaux de moutons dans le Sud-Est, les ministères de l’Agriculture et de la Transition écologiques ont décidé de renouveler à 40 le quota annuel d’abattage de loups.

    L’arrêté est à l’œuvre depuis le début du mois et ce jusqu’à la fin du mois de juin l’année prochaine. «Dans la perspective d’un nouveau plan loup 2018-2022, une concertation aura lieu à la rentrée et une étude a été lancée pour mesurer l’efficacité des tirs sur la prédation de l’animal vis-à-vis des troupeaux», ont indiqué Stéphane Travert et Nicolas Hulot dans un communiqué cité par 20 Minutes.

    8.000 têtes de bétail tuées par les loups en deux ans

    L’arrêté précise qu’un maximum de 32 loups peut être abattu dans le cadre de prélèvements, les huit restants autorisés ne pouvant être tués que par des tirs de défense des troupeaux. Le suivi des attaques sera renforcé afin de répondre au mieux à la cohabitation entre les élevages et les prédateurs.

    Entre 2016 et 2017, plus de 8 000 têtes de bétail, surtout des ovins, ont été tuées dans des attaques de loups dans les Alpes-Maritimes, la Savoie, les Alpes-de-Haute-Provence, le Var, les Hautes-Alpes et l’Isère. On estime à 360 le nombre de loups en France, dont la population est en augmentation.

    «Je ne peux ignorer la détresse des éleveurs»

    Nicolas Hulot avait prévenu il y a quelques jours dans un entretien à Ouest-France qu’il signerait cet arrêté malgré ses convictions. «Quand on vient d’une ONG qui a à cœur de défendre la biodiversité, signer un arrêté qui donne le droit d’abattre deux loups, c’est un crève-cœur. Mais en tant que ministre, je ne peux ignorer la détresse des éleveurs qui, un matin, trouvent quarante brebis égorgées dans leur troupeau. (…) La détresse des éleveurs n’est pas moins recevable que les demandes des protecteurs du loup», expliquait-il.

  • in

    Humane Society International sauve près de 150 chiens sud-coréens de l’abattoir

    Les pressions de Humane Society International (HSI) pour faire fermer les élevages de chiens destinés à l’abattage en Corée du Sud portent leurs fruits.

    Après avoir sauvé une cinquantaine d’animaux destinés à être mangés en mars dans le pays, l’ONG a cette fois été appelée par un éleveur lui-même afin de l’aider à mettre un terme à son élevage de 149 chiens dont quinze chiots, rapporte-t-elle dans un communiqué publié ce mercredi.

    Les chiens envoyés aux Etats-Unis pour y être adoptés

    Une belle initiative alors que l’été est une saison particulièrement propice aux festivals de viande de chien en Corée du Sud, avec près d’un million d’animaux abattus lors de cette période.

    Humane Society International / Facebook

    Les animaux de l’élevage qui va fermer ses portes vont être envoyés aux Etats-Unis pour y être adoptés. Au total depuis trois ans, HSI a réussi à obtenir la fermeture permanente de neuf élevages, sauvant ainsi un millier de chiens d’une mort certaine.

    L’ONG aide les éleveurs à se reconvertir dans d’autres activités agricoles n’impliquant pas d’animaux.

    Un nouveau président qui donne l’exemple

    La tâche de HSI reste cependant encore immense : la Corée du Sud abrite 17.000 élevages de ce type pour 2,5 millions de chiens consommés par an, une consommation cependant en déclin continu, notamment parmi les nouvelles générations.

    Le nouveau président élu, Moon Jae-in, a déjà montré l’exemple en adoptant un chien issu d’un élevage tout juste fermé et en affirmant qu’il combattrait le commerce de la viande de chien dans son pays.

  • in , ,

    Les chevaux américains pourraient reprendre le chemin de l’abattoir

    Les abattoirs de chevaux américains vont-ils rouvrir leurs portes? Cela pourrait être possible après l’échec de la reconduction d’un moratoire en vigueur depuis près d’une décennie au sein d’un comité de la Chambre des Représentants.

    «Nous savons que l’abattage des chevaux n’est pas humain»

    Il y a quatre ans, la même problématique s’était présentée au moment de renouveler cette interdiction. La raison est économique car, à l’heure actuelle, les chevaux américains destinés à être abattus – sauvages pour la plupart – sont envoyés au Mexique et au Canada, à raison de 100.000 par an. Mais elle serait également «humaine», selon les partisans d’une levée du moratoire, estimant que cela permettrait de s’assurer du bon traitement des animaux.

    «Nous savons que l’abattage des chevaux n’est pas humain et ne peut pas être fait humainement en raison de la biologie unique des chevaux», a répliqué une députée opposée à la réouverture des abattoirs, citée par USA Today. Selon elle, 80% des Américains sont contre l’abattage des chevaux, sans oublier les raisons sanitaires et écologiques que pourrait représenter le retour de leur viande sur les étals américains.

    Donald Trump contre l’abattage des chevaux

    Concrètement, le moratoire empêchait le financement de l’inspection des abattoirs de chevaux par le département de l’Agriculture américain. Sans contrôle, ils ne pouvaient donc fonctionner. A noter que Donald Trump envisageait dans son budget 2018 des mesures prévenant la capture de chevaux sauvages et leur vente à des abattoirs.

  • in ,

    Une seule espèce de loup à l’origine de tous les chiens

    Il reste encore beaucoup d’incertitudes sur la manière dont le chien a été domestiqué, mais les chercheurs avancent sur la question. Une dernière étude publiée cette semaine dans Nature Communications affirme qu’une seule espèce de loup est à l’origine de tous les chiens et qu’elle a été domestiquée bien plus tôt qu’on ne le pensait auparavant.

    Une seule population de chiens domestiqués, divisée en deux

    Cette domestication aurait ainsi eu lieu il y a entre 20.000 et 40.000 ans et surtout, il n’y aurait eu au départ une seule espèce de loups que les hommes ont commencé à domestiquer. Les recherches précédentes supposaient elles que la domestication avait eu lieu en deux fois, en deux endroits différents, en Europe et en Asie de l’Est.

    Pour les chercheurs de la Stony Brook University de New York, cette unique population devenue génétiquement des chiens s’est divisée en deux plusieurs milliers d’années plus tard : l’une donnant naissance aux races d’Asie de l’est et l’autre aux chiens d’Europe, d’Asie du Sud et centrale, et d’Afrique.

    «Les chiens et les humains ont une importante histoire commune»

    Cependant, les chercheurs ne savant pas où les chiens ont été domestiqués pour la première fois. Quoi qu’il en soit, en savoir plus sur les origines du chien aide à mieux connaître l’homme également. «Les chiens et les humains ont une importante histoire commune», selon Krishna Veeramah, l’un des auteurs de la nouvelle étude.

  • in

    Les vegans ont désormais un drapeau

    «Tout mouvement historique important possède un drapeau puissant et mémorable». C’est ainsi que l’Israélien Gad Hakimi et les membres du groupe «Drapeau international vegan» ont lancé le 9 juin dernier le premier drapeau du mouvement vegan.

    Unifier le mouvement vegan sous les mêmes couleurs

    Trois couleurs : bleu pour la mer, vert pour la terre et sa nature, et un grand V blanc au milieu symbolisant l’air. Gad Hakimi en est venu à créer ce drapeau afin d’unifier le mouvement vegan mondial après avoir constaté que la plupart des associations utilisaient des symboles différents pour marquer leur véganisme.

    Le drapeau vegan est libre de droit. Il peut ainsi être fabriqué par quiconque et même vendu.

  • in

    Domino’s Pizza propose un nouveau substitut vegan au fromage en Israël

    Israël est le pays choisi par Domino’s Pizza afin d’innover en matière vegan depuis fin 2013. Prochain changement sur le menu: un nouveau substitut vegan au fromage baptisé Cheezly.

    Le précédent substitut ne plaisait pas aux clients

    La société britannique VBites a annoncé la semaine dernière dans un communiqué qu’elle fournirait le prochain substitut vegan au fromage pour les pizzas de Domino’s dans le pays car celui utilisé jusqu’alors ne rencontrait pas un franc succès auprès des consommateurs israéliens.

    VBites produit de nombreux substituts vegans à la viande et aux produits laitiers. Domino’s Pizza possède 55 magasins en Israël, dont 5% de la population est vegan.

  • in , ,

    Les Etats-Unis autorisent des forages pétroliers au large de l’Alaska

    Après avoir levé l’interdiction de l’exploitation pétrolière et gazière dans l’océan Arctique imposée par Barack Obama l’an dernier, l’administration de Donald Trump a autorisé mercredi la multinationale italienne Eni à mettre en œuvre ses plans de forages pétroliers au large de l’Alaska, malgré les réticences des défenseurs de l’environnement pour les dommages qu’ils pourraient causer à la faune locale.

    Des dommages irréparables

    Eni prévoit de forer quatre puits de pétrole à partir de Spy Island, l’une des quatre îles artificielles destinées à servir de base d’appui pour l’exploration pétrolière et gazière dans la mer de Beaufort, une zone maritime du nord de l’Alaska.

    Selon les défenseurs de l’environnement, les risques pour les ours polaires, baleines et autres mammifères marins de la région sont extrêmement élevés en raison des rejets provoqués par ces forages. «L’approbation de ce plan de forage dans l’Arctique rend un projet dangereux encore plus risqué», a déclaré Kristen Monsell, avocate pour le Centre pour la diversité biologique, dans un communiqué cité par le Guardian. «Des rejets de pétrole causerait des dommages gigantesques et il serait impossible de les nettoyer», ajoute-t-elle.

  • in

    La production de café menacée par le réchauffement climatique

    Le café est en danger. Alors que la demande s’accroît toujours plus, sa production, elle, ne suit plus, menacée par le réchauffement climatique, selon les observations du premier Forum mondial des producteurs de café qui s’est tenu récemment.

    De mauvaises récoltes en prévision cette année

    Les plants de café sont en effet très sensibles aux variations de températures et leur hausse contribue à leur perte, touchés notamment par des maladies. Selon les experts, c’est la moitié de la surface mondiale de culture de café qui pourrait disparaître d’ici 2050.

    Cette année encore, la production ne sera pas bonne par exemple au Brésil, le principal producteur et exportateur de café au monde, avec une baisse attendue de 11,3%, selon BFM TV. Même son de cloche en Colombie où de fortes pluies ont mis en péril la production dans plusieurs régions.

    Une demande supérieure à la production

    Le marché mondial du café est estimé actuellement à 87 milliards d’euros, avec une hausse de de la demande de 1,3% en moyenne depuis 2012. Une demande supérieure à la production depuis deux ans.

  • in ,

    Air India ne sert plus que des plats végétariens sur ses vols intérieurs

    Pas besoin de signaler que vous désirez un menu végétarien si vous voyagez en classe économique sur un vol intérieur d’Air India, tous les menus le sont depuis le mois dernier.

    Réduire les coûts, le gaspillage et les erreurs

    La décision a été prise par la compagnie aérienne indienne afin de réduire les coûts et le gaspillage, ainsi que pour éviter les erreurs qui ont parfois conduit le personnel de bord à servir des plats non-végétariens à des passagers végétariens. Désormais, tout le monde est logé à la même enseigne, sauf les classes business et première qui bénéficient encore du choix.

    C’est d’ailleurs pour cette absence de choix que l’initiative d’Air India a été critiquée par l’Association indienne des passagers aériens. «Un transporteur comme Air India ne devrait pas recourir à une telle mesure. Même une compagnie low-cost donne à ses passagers plusieurs options alimentaires. Air India aurait dû mener une enquête auprès de ses passagers avant de prendre cette décision drastique, qu’il devrait retirer immédiatement», a déclaré à l’Hindu Times Mahesh Reddy, son secrétaire général.

    Un nombre de passagers végétariens en constante augmentation

    «Le nombre de passagers végétariens augmente. En général, nous embarquons 70% de plats végétariens et 30% de plats non végétariens. Cependant, en raison de la préférence croissante pour des menus végétariens, le gaspillage des repas non végétariens s’est accentué. En outre, nous manquons parfois de repas végétariens, ce qui provoque des plaintes. Nous avons donc décidé de servir uniquement des repas végétariens dans certains secteurs», s’est défendu un responsable d’Air India auprès du quotidien indien.

  • in , , , ,

    Nicolas Hulot fait un premier bilan de son action à la tête du ministère de la Transition écologique

    «Je savais que le rythme d’un ministre était très dense, mais j’étais à des années-lumière de la réalité». Nicolas Hulot l’avoue, il n’a pas choisi la tâche la plus aisée en devenant ministre de la Transition écologique du gouvernement d’Edouard Philippe. Interrogé par Ouest-France, il a livré un premier bilan détaillé sur les différents dossiers en cours dans un entretien publié dimanche.

    Le dernier en date concerne la baisse de la part du nucléaire dans la production énergétique française. Il y a quelques jours, Nicolas Hulot avait jeté un pavé dans la mare en annonçant qu’il faudrait fermer 17 réacteurs nucléaires afin d’atteindre l’objectif de 50% d’ici 2025. «Soyons clairs, je n’ai pas dit qu’il fallait fermer 17 réacteurs. J’ai juste rappelé que, pour appliquer la loi (sur la transition énergétique de 2015, ndr), certains scénarios prévoient qu’on en ferme 17, voire plus», a-t-il précisé.

    Critique d’EDF, confiant en des voitures non polluantes

    «La loi était cohérente (…) Mais rien n’a été fait pour la mettre en œuvre. J’ai bien récupéré une loi mais aussi un manque de stratégie», déplore-t-il, critiquant au passage EDF qui reste, selon lui, sur un modèle énergétique pas assez diversité et invitant à «avoir une foi absolue dans les énergies renouvelables» pour s’affranchir des énergies fossiles «qui sont des plaies pour la santé et des sources de conflits internationaux».

    Nicolas Hulot a aussi provoqué des réactions sceptiques après l’intégration dans son plan climat de la fin de la vente de voitures essence et diesel en France d’ici 2040. Là encore, le ministre étaye ses propos: «Vous allez voir que la recherche va s’accélérer, que l’hydrogène peut faire des bonds technologiques, que l’on va trouver des nouveaux matériaux pour les batteries électriques… On est plus facilement génial quand il y a de la prévisibilité et de l’irréversibilité; on est stupide quand on n’a pas d’horizon».

    Le choix sur les perturbateurs endocriniens assumé

    Sur le dossier Notre-Dame-des-Landes, Nicolas Hulot, qui n’a «jamais été convaincu par l’utilité du projet», réaffirme donc son opposition, mais il laisse les médiateurs rendre leur décision «de façon impartiale» d’ici le mois de décembre.

    Les critiques à l’encontre du ministre de la Transition écologique venant cette fois des ONG sont intervenues à propos de la définition européenne des perturbateurs endocriniens, finalement adoptée ce mois-ci par la Commission européenne. «Certains ont dit qu’en votant ce texte, j’avais avalé ma première couleuvre. Non, j’assume ce choix», répond-t-il. «Si ce texte n’était pas voté, on retardait la possibilité de retirer du marché des substances dont la dangerosité est avérée. (…) La France pourra, seule, décider d’interdire des substances qui ne sont pas listées dans le texte européen, si nos propres agences nationales confirment leur dangerosité», ajoute-t-il.

    «J’ose espérer que je ne change pas. Je dis les choses de la même manière»

    La décision, conjointe avec le ministre de l’Agriculture, d’augmenter à 40 loups (contre 38) le quota annuel d’abattage lui a également été reproché, mais là encore, Nicolas Hulot est allé chercher le compromis. «Quand on vient d’une ONG qui a à cœur de défendre la biodiversité, signer un arrêté qui donne le droit d’abattre deux loups, c’est un crève-cœur. Mais en tant que ministre, je ne peux ignorer la détresse des éleveurs qui, un matin, trouvent quarante brebis égorgées dans leur troupeau. (…) La détresse des éleveurs n’est pas moins recevable que les demandes des protecteurs du loup», explique-t-il.

    Pris entre deux feux, le ministre de la Transition écologique est ainsi déjà bien entré dans le bain gouvernemental, mais il l’assure à ceux qui pensent qu’il a changé: «Sur un plan personnel, j’ose espérer que je ne change pas. Je dis les choses de la même manière. Mes convictions restent les mêmes, mais j’ai choisi maintenant d’agir dans un cadre juridique national, européen et mondial».

  • in ,

    Les stratégies des géants du tabac pour contrecarrer les réglementations internationales

    Alors que les réglementations internationales sur le tabac sont toujours plus restrictives, les fabricants ne lâchent pas prise pour autant. Tout en proposant des alternatives moins nocives à la cigarette traditionnelle, leur lobbying est toujours plus intense au cœur même de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

    Des documents internes provenant du groupe Philip Morris International (PMI) recueillis par l’agence de presse Reuters et relayés par Le Temps montrent le cigarettier se féliciter d’avoir réduit la portée de certaines mesures de la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac (FCTC) de 2003.

    Eviter de nouvelles taxes à tout prix

    Ses 168 signataires se réunissent tous les deux ans, avec toujours des employés de PMI – le groupe en compte près de 600 au total – dans les parages, se livrant à une véritable guerre pour tenter d’affaiblir les décisions prises, du lancement du paquet neutre à l’augmentation du prix des cigarettes.

    Cette dernière mesure, encore envisagée l’an prochain en France, est la plus combattue par PMI car la plus efficace pour réduire la consommation, notamment chez les jeunes. L’objectif pour la multinationale est alors faire en sorte de convaincre, au sein des gouvernements, le ministère de l’Economie des bienfaits des ventes de cigarettes pour les recettes fiscales afin que ce dernier freine son homologue de la Santé, à l’origine de l’initiative.

  • in ,

    Record du nombre de défenseurs de l’environnement tués en 2016

    2016, année noire pour la défense de l’environnement. Au moins 200 meurtres de militants ont été recensés dans 24 pays, contre 185 dans 16 pays un an plus tôt, a révélé jeudi Global Witness dans un nouveau rapport.

    Quatre militants morts par semaine en 2016

    «En 2016, près de quatre personnes se sont fait assassiner chaque semaine alors qu’elles protégeaient leurs terres, leurs forêts et leurs rivières contre des sociétés minières, forestières et agricoles», dénonce l’ONG. La plupart des violences sont l’œuvre des propres forces de l’ordre.

    Si l’Amérique latine reste la région du monde la plus touchée avec 60% des meurtres – dont 40% visaient des populations indigènes défendant leurs terres, Global Witness signale que les morts violentes ont été multipliées par trois en Inde, après «une aggravation de la brutalité manifestée par les forces de l’ordre et des mesures répressives employées par l’État contre les militants».

    L’exploitation minière, secteur le plus meurtrier

    L’exploitation minière est le secteur qui provoque le plus de morts, selon l’ONG, le Brésil restant le pays le plus meurtrier en chiffres absolus (49 morts), tandis que «le Nicaragua a enregistré en 2016 le plus grand nombre d’assassinats par habitant (11)». «Le Honduras conserve son statut de pays le plus dangereux par habitant sur la dernière décennie (127 assassinats depuis 2007)», ajoute-t-elle.

    «Notre rapport dresse un tableau très sombre. La bataille menée pour protéger la planète s’intensifie à grande vitesse et le coût se compte en vies humaines. Dans un nombre croissant de pays, de plus en plus d’individus n’ont pas d’autre choix que de s’opposer au vol de leurs terres ou à la destruction de leur environnement. Trop souvent, ils sont brutalement réduits au silence par les élites issues du monde politique et des entreprises, tandis que les investisseurs qui financent ces élites s’abstiennent de faire quoi que ce soit», a déclaré Ben Leather, responsable de campagne pour Global Witness.

  • in , , , ,

    Dormir avec son animal de compagnie, bonne ou mauvaise idée?

    C’est l’un des grands débats lorsque l’on a un animal de compagnie, en général un chien ou un chat, qui se pose d’ailleurs aussi par extension à ses propres enfants: est-ce raisonnable de dormir avec? Une étude australienne publiée le mois dernier dans Human Nature tente d’y répondre à son tour.

    Gare aux zoonoses

    Les auteurs affirment tout d’abord qu’il n’y a pas de réponse définitive qui peut ressortir de cette interrogation, mais qu’il y a des avantages et des inconvénients à dormir avec son animal de compagnie, ce que font la moitié des personnes en possédant.

    Commençons par les inconvénients. D’abord, ils sont d’ordre hygiénique et sanitaire. Dormir avec son animal de compagnie, surtout un chien, peut favoriser la transmission de zoonoses, soit les maladies transmissibles de l’animal à l’homme, et inversement. Cependant, les auteurs de l’étude précisent qu’à partir du moment où l’animal est propre et est suivi par un vétérinaire, c’est relativement peu courant. Néanmoins, personne n’est à l’abri des allergies ou de l’asthme que peut provoquer la proximité d’un animal de compagnie.

    Troubles du sommeil et du comportement

    L’autre point négatif concerne surtout les personnes présentant des troubles du sommeil. Les chercheurs font référence à une étude américaine montrant qu’un tiers des personnes dormant avec leur animal de compagnie avaient tendance à souffrir de ces troubles – durée plus longue pour s’endormir, fatigue plus importante au réveil, notamment en raison des bruits (grognements, aboiements…) que l’animal peut faire durant la nuit car doté d’un sommeil polyphasique et non monophasique comme l’homme.

    Enfin, des problèmes de comportement chez les animaux (comme chez l’enfant) peuvent être observés lorsqu’ils dorment avec leur propriétaire, exacerbant notamment leur agressivité ou encore leur dépendance affective.

    Une source de confort et de camaraderie

    Mais dormir avec son animal de compagnie peut aussi présenter des éléments positifs, qui sont cependant davantage d’ordre psychologique. «D’une manière comparable aux raisons expliquant que les humains partagent leur lit avec leur partenaire romantique et leurs enfants, les animaux domestiques peuvent fournir une source de confort, de camaraderie et se substituer au soutien social humain», indiquent les auteurs de l’étude. Les propriétaires peuvent se sentir plus en sécurité également.

    Les chercheurs ne présentent pas vraiment d’autres arguments en faveur d’un partage de son lit avec un animal, mais ils estiment que «les théories existantes semblent approuver le sommeil humain-animal». Toutefois, «il est encore nécessaire de déterminer de quelle manière, dans quelles circonstances et dans quelles mesures précisément elles pourraient contribuer à la société et au développement humain», tempèrent-ils.

  • in , ,

    Pesticides: 44% des enseignes françaises ne respectent pas la réglementation

    Du retard à l’allumage? Depuis le 1er janvier dernier, la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt interdit la vente des pesticides chimiques les plus à risque dans les rayons en libre-service. Or, 44% des enseignes ne les ont toujours pas retirés de leurs rayons, selon une enquête de l’Association nationale de défense des consommateurs et usagers (CLCV).

    158 magasins testés

    «Il est ainsi possible d’obtenir des produits comme des désherbants dangereux pour l’environnement (Roundup, Fertiligène anti-repousse, …) dans des rayons en libre-service, ce qui est interdit», a constaté la CLCV, après s’être rendue dans 158 magasins à travers l’Hexagone entre fin mars et fin mai derniers. Les enseignes spécialisées s’en tirent mieux (30% de contrevenantes) que les grandes surfaces (49%).

    Depuis la loi du 1er janvier, le public ne peut avoir accès à ces produits que sur demande auprès d’un conseiller de clientèle du magasin lui prodiguant les recommandations d’utilisation. La CLCV a par ailleurs observé que dans 36% des cas où cette disposition est appliquée, le personnel n’a pas fourni de conseils avisés (précautions d’usage, méthodes d’utilisation…).

    La France, 2e plus gros consommateur européen de produits phytosanitaires

    L’association demande ainsi au gouvernement d’intervenir afin de faire respecter rigoureusement la réglementation voire d’aller plus loin en imposant la mise sous clé de tous les pesticides, même ceux autorisés (biocontrôlés). Elle prie également les enseignes de former leurs vendeurs voire de retirer tout simplement de la vente les produits destinés à être interdits aux non-professionnels en France d’ici 2019.

    La CLCV rappelle que la France est le deuxième plus gros consommateur de produits phytosanitaires en Europe derrière l’Espagne, avec 66.600 tonnes annuelles.

  • in

    Sous pression, Coca-Cola va devoir utiliser plus de plastique recyclé

    D’ici 2020, 50% du plastique utilisé pour fabriquer les bouteilles de Coca-Cola au Royaume-Uni seront du plastique recyclé. La multinationale a élevé son objectif, auparavant à 40%, sous la pression des défenseurs de l’environnement.

    Une nouvelle usine de recyclage

    Coca-Cola a annoncé pour ce faire qu’elle allait investir des millions de livres dans l’usine de recyclage de bouteilles en plastique la plus grande et la plus avancée d’Europe, basée à Lincolnshire.

    «Doubler la quantité de matière recyclée dans toutes nos bouteilles en plastique est un investissement important et envoie un signal clair sur le fait que nous voulons jouer un rôle positif dans le soutien de l’économie circulaire en Grande-Bretagne», a déclaré Jon Woods, directeur général de Coca-Cola outre-Manche, cité par le Guardian.

    «Coca-Cola est gigantesque, ce n’est pas un objectif ambitieux»

    Mais cet effort n’est toujours pas assez conséquent pour les défenseurs de l’environnement. «D’autres entreprises sont déjà à 50% et visent les 100% d’ici à 2020. Coca-Cola est gigantesque, ce n’est pas un objectif ambitieux», a déploré auprès du quotidien britannique John Sauven, le responsable de Greenpeace en Grande-Bretagne.

    Pour rappel, en dix ans, le nombre de bouteilles en plastique vendues par an dans le monde est passé de 300 milliards, en 2004, à 480 milliard, en 2014 – dont 100 milliards fabriquées par Coca-Cola. L’an dernier, à peine la moitié de toutes les bouteilles achetées ont été recueillies et seulement 7% ont été recyclés pour en faire d’autres bouteilles, notamment parce que les grandes marques de boissons rechignent à utiliser des bouteilles en plastique recyclé pour des raisons esthétiques.

  • in

    Être généreux rend plus heureux

    Se montrer généreux n’est jamais une action qui se réalise dans la distance et sans aucun sentiment, cela nous donne bonne conscience et nous rend même plus heureux.

    Ce lien entre bonheur et générosité avait été démontré jusque-là sur le plan psychologique, mais une étude menée par une équipe internationale de chercheurs et publiée mardi par Nature démontre qu’il existe également au cœur de notre cerveau.

    Des mécanismes du cerveau jusque-là inconnus

    C’est à l’aide de l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle que les six scientifiques ont pu observer les mécanismes du cerveau, jusque-là inconnus, qui relient directement le comportement généreux à l’augmentation du bonheur.

    Pour en venir à leurs conclusions, ils ont étudié deux groupes de personnes à qui ils ont donné de l’argent à dépenser durant quatre semaines: le premier devait le dépenser pour faire plaisir d’autres personnes (invitation à dîner, cadeaux…) tandis que le second devait le dépenser pour lui-même.

    Ensuite, il a été demandé à tous les participants de prendre des décisions de manière indépendante qui impliqueraient cette fois des sacrifices financiers plus ou moins important de leur part, qu’ils pourraient accepter ou rejeter, tandis que leur activité cérébrale était scrutée par les chercheurs.

    «Les résultats ont confirmé nos hypothèses»

    «Nous avons émis l’hypothèse que les participants qui s’étaient engagés à consacrer leur dotation à d’autres se comporteraient plus généreusement dans cette nouvelle de prise de décision (…) par rapport à ceux de l’autre groupe. Nous avons prédit que le lien neuronal entre générosité et bonheur impliquerait des interactions fonctionnelles entre les régions cérébrales engagées dans un comportement généreux et celles qui gèrent le bonheur. Les résultats ont confirmé nos hypothèses», affirment les scientifiques, qui ont ainsi conclu que l’activité cérébrale entourant la prise de décisions généreuses était directement liée à celle gérant les états de bonheur.

  • in

    Le Qatar importe des vaches par avion pour contourner l’embargo

    Afin de faire face à la pénurie de lait qui le menaçait depuis le blocus frontalier imposé le mois dernier par ses voisins l’accusant de soutenir le terrorisme, le Qatar a commencé à importer des vaches par avion.

    Un premier chargement de 165 animaux

    Un premier chargement de 165 animaux est arrivé ces derniers jours en provenance de Hongrie, sur un total de 4.000 attendus d’ici le mois prochain. Les vaches, de race Holstein, ont été installées dans une ferme au nord de Doha, la capitale, et produiront du lait pour l’émirat, mais également de la viande.

    «Auparavant, la plus grosse partie du lait provenait d’Arabie saoudite et des Emirats arabes unis», a indiqué le responsable de l’opération, John Dore, cité par Le Point.

  • in

    Le restaurant vegan de Pamela Anderson à Saint-Tropez ferme déjà ses portes

    La Table du marché by Pamela Anderson, c’est déjà fini. Le restaurant tropézien de Christophe Leroy avait troqué sa carte habituelle pour un menu entièrement vegan depuis la semaine dernière, mais la collaboration a soudainement pris fin, l’ancienne actrice évoquant dans un communiqué diffusé mercredi «un manque de respect complet» et des «mauvais traitements infligés au personnel».

    Le Parisien cite les déboires administratifs et financiers de Christophe Leroy, comprenant notamment des salaires non payés envers son personnel, comme hypothèse de ce revers.

    Le projet «n’a répondu ni aux attentes ni aux accords»

    Ouvert à l’origine pour 50 jours, le restaurant éphémère, ou plutôt sa carte, devait «proposer une expérience vegan sexy dans mon village préféré» – Saint-Tropez, indique Pamela Anderson, mais «il n’a répondu ni aux attentes ni aux accords».

    «Je suis extrêmement déçue de cette occasion manquée, mais je continuerai de trouver des moyens créatifs pour aider les animaux et les personnes vulnérables dans le monde entier», a-t-elle conclu.

  • in ,

    Le premier supermarché vegan d’Israël ouvre à Tel Aviv

    Une nouvelle étape logique pour la capitale alternative et vegan d’Israël. Le premier supermarché vendant des produits 100% d’origine végétale vient d’ouvrir ses portes à Tel Aviv, selon Haaretz.

    Plus de 4.000 produits

    Inspirés par la chaîne allemande Veganz, les fondateurs de Green Wave, Refael Avraham and Eylon Zakzer, espèrent ouvrir cinq unités de plus à travers Israël d’ici l’année prochaine. Leur but: propager le véganisme à travers le pays en proposant des produits à prix accessibles.

    Parmi les 4.000 articles recensés, dont la plupart issus du commerce équitable et de petits producteurs, dans leur premier magasin de 100 m²: céréales, légumes, épices, divers types de farine, huiles, substituts de lait, fromage et sucre, sauces, viennoiseries, biscuits, glaces, barres de protéines ou encore aliments importés d’Inde, Japon et Thaïlande.

  • in

    La Rapa das bestas, une tradition brutale espagnole envers les animaux

    Si la corrida est l’une des traditions impliquant des animaux les plus célèbres d’Espagne, la Rapa das bestas («rasage des bêtes») tient elle une place importante en Galice et plus particulièrement à Sabucedo. La 450e édition a eu lieu de samedi à lundi derniers.

    Des chevaux sauvages «rasés»

    Ici, ce ne sont pas des taureaux qui sont mis à mort, mais près de 250 chevaux sauvages des collines environnantes qui sont rassemblés dans une arène avant que les participants ne tentent de leur couper le crin dans une gigantesque mêlée.

    Dani Vazquez / Flickr

    En général, deux participants se jettent sur un cheval pour le «raser» tandis qu’un troisième lui tient fermement la queue, décrit 20 Minutos. D’autres participants tentent quant à eux d’empêcher les autres chevaux d’approcher afin de protéger leurs collègues à l’œuvre. Chaque cheval «rasé» reçoit ensuite un produit vermifuge par voie orale avant d’être relâché dans l’arène.

    >> Voir un extrait vidéo du premier jour de la Rapa das bestas 2017 ci-dessous:

    Trois jours de festivités

    Cette lutte entre l’homme et le cheval, que la légende fait naître en 1567, a lieu à trois reprises à midi trois jours durant. Mais, contrairement aux taureaux des corridas, les chevaux sont eux relâchés ensuite dans la nature après les festivités.

    L’événement, considéré depuis dix ans d’intérêt touristique international, espérait cette année attirer entre 20.000 et 30.000 spectateurs.

  • in , ,

    Abandon des fruits et légumes, comportement sédentaire: les mauvaises habitudes alimentaires des Français inquiètent

    Hasard ou coïncidence, le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Crédoc) et l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) ont publié tous les deux cette semaine les résultats de leur étude respective sur les habitudes alimentaires des Français. Et, dans les deux cas, ce n’est pas très glorieux.

    Manger cinq fruits et légumes par jour, un échec

    Commençons par celle du Crédoc, qui se concentre sur le suivi des Français de la recommandation officielle, depuis 2001, de manger cinq fruits et légumes par jour. Pour l’organisme, ce programme est désormais en total échec.

    La crise économique serait passée par là et «en 2016, malgré la reprise, on n’a jamais eu aussi peu de grands consommateurs de fruits et légumes, que ce soit chez les enfants ou les adultes», observe-t-il, précisant même: «Aujourd’hui, les générations les plus jeunes consomment quatre fois moins de fruits et de légumes que leurs grands-parents».

    Le profil des personnes respectant le moins les recommandations officielles est le suivant: des «individus vivant dans des familles de deux enfants ou plus, très peu diplômés et habitant plutôt dans la moitié nord de l’Hexagone». Des milieux défavorisés donc où le surpoids et l’obésité ont augmenté l’an dernier, chez les adultes comme chez les enfants. 35% des enfants issus de milieux défavorisés sont touchés par le surpoids ou l’obésité, qui touchent aujourd’hui 19,8% des jeunes Français.

    Un quart des Français respectent les recommandations officielles

    Ainsi, de manière générale, 25% des Français mangent cinq fruits et légumes par jour (contre 31% en 2010), un pourcentage qui n’atteint que 6% chez les seuls enfants. Ces dernières années, cette baisse de consommation a progressé plus vite chez les Français les plus diplômés et, géographiquement, dans le nord du pays.

    Comment expliquer que, malgré ces recommandations affichées depuis 2007 dans toutes les publicités alimentaires, les jeunes les suivent de moins en moins?

    «Les modes de vie plus urbains des jeunes générations les conduisent vers un mode d’alimentation de plus en plus orienté vers la praticité. L’éloignement entre le domicile et le lieu de travail les incite à manger plus souvent hors de chez eux. De plus, l’augmentation des temps passés devant des écrans les pousse à l’achat de produits faciles à consommer tels que les pizzas, quiches, sandwiches, pâtes ou riz. Le temps des repas et celui de la préparation sont plus faibles», répond le Crédoc, qui appelle donc à «la mise en place de politiques publiques ciblées et de proximité (…) pour réduire au plus vite les fractures alimentaires».

    Les hommes mangent plus que les femmes

    Si les trois-quarts des Français ne mangent donc pas cinq fruits et légumes par jour, que consomment-ils? C’est sur ce sujet spécifique que l’Anses a enquêté durant six ans, dont le verdict est le suivant:

    «Les Français consomment en moyenne 2,9 kg d’aliments chaque jour (1,6 kg pour les enfants et 2,2 kg pour les adolescents), soit environ 2200 kcal, dont 50% de boissons. Les femmes privilégient généralement les yaourts et fromages blancs, les compotes, la volaille, les soupes et les boissons chaudes. Quant aux hommes, qui mangent plus que les femmes, ils sont plutôt amateurs de fromages, de viandes, de charcuteries, de pommes de terre, de produits céréaliers et de crèmes dessert. Une assiette des français dans laquelle on trouve toujours plus de produits transformés, une nette augmentation des compléments alimentaires depuis 2007, encore trop de sel et surtout pas assez de fibres».

    Les disparités existent selon différents critères (âge, sexe, niveau d’étude, lieu de vie…). «Par exemple, les adultes de 65 à 79 ans consomment plus d’aliments fait maison, les hommes consomment plus de denrées animales crues, les individus ayant un niveau d’étude supérieur ou égal à bac+4 davantage de fruits et deux fois moins de boissons rafraîchissantes sans alcool et les habitants des grandes agglomérations consomment plus de poissons, confiseries, chocolat et jus de fruits que dans les zones rurales (plus de charcuteries, de légumes et de fromages), etc.», décrit l’Anses.

    Un comportement sédentaire alarmant

    L’organisme n’est également pas satisfait de ces habitudes alimentaires générales, pointant une progression de certaines pratiques potentiellement à risque telles que l’augmentation de la consommation de denrées animales crues (poisson et viande de bœuf notamment), des temps plus longs de conservation avant la consommation des denrées périssables, des dépassements plus fréquents des dates limites de consommation et des températures relevées dans les réfrigérateurs parfois inadaptées.

    L’Anses pointe du doigt également le statut pondéral et le niveau d’activité physique des Français, qui reste insuffisant.

    «Le pourcentage d’individus présentant un comportement sédentaire est alarmant puisque la moitié des adolescents de 11 à 14 ans, deux tiers des adolescents de 15 à 17 ans et plus de 80% des adultes de 18 à 79 ans sont concernés. En sept ans, le temps quotidien passé devant un écran, hors temps de travail, a augmenté de 20 minutes en moyenne chez les enfants et d’1h20 chez les adultes», constate-t-elle, réclamant à son tour des politiques publiques afin de prévenir ces mauvaises habitudes.

  • in

    Un glacier grand comme 55 fois Paris se détache de l’Antarctique

    Un iceberg de plus flotte depuis cette semaine au large de l’Antarctique. Il s’agissait au départ d’un glacier de 5.800 km², mais il vient de se détacher du continent, selon des chercheurs de l’université de Swansea, en Grande-Bretagne.

    Crainte d’un effet domino

    Le détachement de ce glacier pesant mille milliard de tonnes, épais de 350 mètres et grand comme 55 fois Paris inquiète les scientifiques car il faisait partie d’une barrière de glace, Larsen C, située à l’ouest de l’Antarctique.

    Or, cette dernière se retrouve ainsi affaiblie et si elle venait à céder, d’autres glaciers nettement supérieurs pourraient se détacher à leur tour et provoquer une hausse du niveau des océans de l’ordre de 10 cm.

    La formation des icebergs est un processus naturel que le réchauffement de l’air comme des océans contribue cependant à accélérer, rappellent les scientifiques, cités par Libération.

    «La séparation de cet iceberg est un signal d’alarme pour les années à venir, et il faudra suivre la situation de près, insiste-t-il. L’accélération de ce phénomène est inquiétante, d’autant plus que l’Antarctique est au coeur de la machine climatique mondiale» a reconnu le biologiste Jean Lemire au média Le Devoir.

  • A la rencontre de

    A la découverte des montagnes d'Irlande Embarquez pour une visite exceptionnelle au pays vert.

    May, Antoun et Tanya ont échappé de justesse à une vie enfermés dans un zoo syrien. Interceptés au Liban, les trois jeunes tigres de Sibérie ont été acheminés cette semaine en France pour pouvoir grandir au sein du sanctuaire de l’association Tonga Terre d’accueil, près de Lyon.
    Enfermés sept jours durant dans une caisse C’est en mars dernier que les animaux, âgés de quelques mois, ont été retrouvés à l’aéroport de Beyrouth, complètement déshydratés, après avoir passé une semaine dans une caisse en bois de 50 cm3 au milieu de leurs excréments. Ils étaient en provenance d’Ukraine. «Ils ne pouvaient pas se tenir en long et en large dans cette caisse, ils étaient couchés dans leurs crottes, ils étaient dégueulasses. Ils devaient être vendus à un particulier qui voulait avoir trois tigres chez lui alors qu’il ne sait même pas s’en occuper. Ils ont été sortis des mains de trafiquants et c’est une bonne chose» a précisé le vétérinaire Jean-Christophe Gérard à France Bleu.

    Peta2-e1499284466230.jpg

    Le pays s’étend sur une superficie de 70 273 km2, et sa population s’élève en 2016 à 4 757 976 habitants. La plus grande ville est la capitale Dublin, les autres principales villes étant Cork, Limerick et Galway. L’Irlande revendique son identité celtique, si bien que, sur le plan culturel, elle représente habituellement l’île d’Irlande considérée comme l’une des six « nations celtiques »Note 4. Le symbole officiel du pays est la harpe celtique (qui figure sur les pièces d’euro), mais le trèfle irlandais est souvent utilisé comme autre symbole, notamment par l’équipe irlandaise de rugby.

    ezaeza eijoeza eza eza
Load More
Congratulations. You've reached the end of the internet.